L’international iranien de 25 ans est l’une des révélations de ce début de championnat. Jouant à chaque match, Ghoddos fait le bonheur d’Amiens. Portrait de ce joueur qui est devenu le premier iranien à évoluer en Ligue 1.

Saman Ghoddos est né en 1993 en Suède de parents iraniens. Il grandit ensuite à Malmö, ville de naissance d’un certain Zlatan Ibrahimovic. Fan de football dans son enfance, il y dispute ses classes dans le club local de Malmö. Un destin à part.

Une formation suédoise difficile

À l’âge de 17 ans, il signe dans un club amateur de troisième division suédoise : Limhamn Bunkeflo 07. Cet attaquant, pouvant évoluer milieu offensif, dispute alors ses premiers matchs, d’abord chez les jeunes puis avec les adultes. À 19 ans, il part libre ensuite chez un club de même standing, le Trelleborgs FF. Il joue une unique saison sans réellement briller. Auteur de seulement 4 buts en 41 matchs, Ghoddos n’est pas conservé et est de nouveau sur le marché. Fin 2013, il peine à retrouver un club et pense que le football est terminé pour lui.

C’est alors que Syrianska, une équipe de seconde division, lui offre une nouvelle chance. Le joueur comprend alors que cette possibilité est peut-être l’une de ses dernières offertes pour espérer le plus haut niveau. Il donne alors satisfaction à son nouveau club et dispute deux saisons avec eux. Au cours de ces saisons, il est régulièrement titulaire et arrive à exprimer son talent. Avec 61 matchs au compteur, il inscrit 17 buts pour 10 passes décisives. Il n’empêche pas néanmoins une place dans le ventre mou du classement à son club.

L’explosion à Ostersünds

À la fin de la saison 2015, Ostersünds, évoluant dans l’élite suédoise, le repère et lui fait signer un contrat. Ghoddos réussit pleinement ses débuts et achève sa première saison avec 10 buts marqués et 7 passes décisives. La saison d’après va être celle de la révélation et couronnée en succès. En effet, il remporte le premier et seul trophée de sa carrière avec la Coupe de Suède. Dans cette dernière compétition, il marque 7 buts en autant de matchs. Être vainqueur de cette coupe lui offre alors la possibilité de jouer l’Europa League ; inimaginable pour lui quelques années auparavant. Le processus est en marche. Après une phase de qualification réussie où il est notamment buteur en barrages contre le PAOK Salonique, Ostersünds obtient le droit de disputer les phases de groupe. Ci-dessous la vidéo de ses deux buts face au club grec :

Dans cette compétition, il affronte des clubs prestigieux pendant les poules avec le Hertha Berlin et l’Athletic Bilbao. Et c’est avec une grande surprise que l’équipe suédoise finit dans les deux premiers et atteint les seizièmes de finale. Ghoddos joue alors contre le club anglais d’Arsenal et est logiquement éliminé. L’on peut tout de même retenir la victoire de prestige à l’Emirates Stadium grâce à 2 passes décisives de sa part. Ostersünds impressionne par sa vivacité et Ghoddos en fait partie. Le joueur persan finit la compétition avec 2 buts et 2 passes décisives. Ses performances sont remarquées et attirent les convoitises de clubs étrangers. Bien que très aimé, il quittera le club suédois après 93 matchs et 41 buts au compteur.

Un mercato d’été 2018 mouvementé

Saman Ghoddos fait alors l’objet de nombreuses offres dans l’Europe de l’Ouest. Huesca, Rennes ou Amiens sont en effet intéressés par l’attaquant iranien. C’est finalement chez le club picard qu’il atterrit dans les derniers jours du mercato. Mais cela n’a pas été chose aisée pour Amiens. Il a été notamment annoncé très proche du Stade Rennais durant le mois d’août. Le joueur aurait même donné son accord avec le club au même titre que pour l’équipe espagnole. De plus, selon la presse ibérique, Ghoddos a signé un pré-contrat avec Huesca. Une clause libératoire aurait été même ajoutée à son contrat. Le président d’Amiens, Bernard Joannin a lui, de son côté, démenti cette information lors de la signature du persan. Le 24 août 2018, le joueur devient officiellement un joueur amiénois pour 4 millions d’euros. Il signe un contrat de 5 saisons.

C’est un transfert de la part d’un club suédois, qui a signé les papiers, et d’un joueur qui a signé un contrat. Il n’avait pas de contrat signé avec le club espagnol.

Des premiers matchs convaincants

Depuis le début de saison, Saman Ghoddos a disputé tous les matchs auxquels il pouvait participer. Il en a donc disputé sept jusqu’à présent. Celui qui a une belle capacité de frappes lointaines évolue principalement sur les côtés de l’attaque amiénoise, orpheline des départs de Gaël Kakuta et Serge Gakpé. C’est une petite nouveauté pour lui puisqu’il jouait majoritairement en pointe avec son club suédois.

Le positionnement de Ghoddos avec Amiens

Ce nouveau positionnement ne le perturbe pas et il n’a pas eu besoin de temps d’adaptation. Seulement quelques jours après son arrivée, l’iranien dispute son premier match et est titulaire contre Reims. Il marque les esprits par sa très bonne performance en marquant notamment un but. Il sort même sous les ovations du Stade de la Licorne. Le persan continue ensuite sur sa lancée des années précédentes. Il fait admirer ses qualités telles que les frappes lointaines ou les coup-francs. En effet, il est déjà auteur de 3 buts et 2 passes décisives. Par conséquent, Saman Ghoddos est le meilleur buteur du club picard avec Moussa Konaté. Avec un début de saison pleinement réussi, le suédo-iranien peut donc rêver de connaitre un plus grand club européen.

Voici ses 3 buts inscrits lors de ce début de saison :

Une carrière internationale : entre la Suède et l’Iran

Si vous avez regardé la Coupe du monde, vous avez pu apercevoir Saman Ghoddos avec l’Iran. Néanmoins, cela n’aurait pu ne pas être le cas. Assurément, il a été auparavant sélectionné avec la Suède et a disputé 2 matchs. Mais voilà, ces matchs n’étaient seulement des amicaux et un joueur peut décider de changer de sélection dans cette configuration comme pour Diego Costa. C’est donc ce que va faire ce joueur dont ses parents sont iraniens.

Il est appelé pour la première fois en août 2017 par Carlos Queiroz, le sélectionneur. Ghoddos connait ses premières minutes 2 mois plus tard et marque son premier but durant sa troisième sélection. Aujourd’hui, il compte 12 capes dont 3 durant la plus grande compétition footballistique bien qu’il ait eu un temps restreint. Il n’est donc pour le moment pas considéré comme un titulaire dans cette sélection. C’est l’un des points de travail que possède Saman Ghoddos pour marquer son empreinte en équipe nationale comme il a su le faire dans les clubs. Lors de ce nouveau rassemblement, il fait parti des 28 joueurs iraniens convoqués pour jouer contre la Bolivie le 16 octobre prochain.