Cela fait quelques saisons que le football portugais voit un nouveau club venir tenter de bousculer le trio historique composé du Benfica, du FC Porto et du Sporting. Cette équipe, c’est le SC Braga, qui n’a subi qu’une seule défaite cette saison. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette constante montée en puissance. 

Le 22 mai 2016, Braga venait clôturer une saison fantastique en s’imposant aux tirs aux buts en finale de la coupe nationale contre le FC Porto. Cette même saison, le club avait atteint les quarts de finale de l’Europa League. Cette saison, Braga fait à nouveau parler de lui grâce à son début de saison presque parfait. En douze rencontres, les hommes d’Abel Ferreira n’ont concédés qu’une seule défaite, face au Porto de Conceicao. 

Un mercato intelligent 

Dans un championnat dominé de la tête et des épaules par les trois cadors historiques, il est difficile de se faire une place et d’attirer de nouveaux joueurs. La plupart des clubs portugais vont chercher dans les divisions inférieures ou misent tout sur la formation. Depuis quelques saison, Braga peut se permettre de dépenser davantage d’argent que les autres équipes de même niveau en Liga Nos. Cela est notamment dû à l’augmentation des droits TV. En effet, depuis 2016, le chiffre des arsenalistas a triplé, passant de trois à dix millions d’euros annuel. Cet argent, le président Antonio Salvador l’a laissé à la disposition du club pour se renforcer sur le marché des transferts.La saison passée, le club a ainsi enregistré la venue de joueurs expérimentés comme Raùl Silva, Diogo Figueiras et Fransergio. Ils ont également recrutés de vrais joueurs de talent comme Ricardo Esgaio et Ricardo Horta.

S’il est impossible pour le club de garder longtemps ses jeunes talents, ils peuvent au moins se féliciter de bien les vendre. Outre les seize millions rapportés par le départ de Pedro Neto à la Lazio Rome la saison passée, les départs de Danilo (Nice) et Vulcevic (Levante) cet été ont rapportés un total de près de dix-neuf millions d’euros ! Le club a ainsi investi une partie de cette argent dans le marché des transferts. Par exemple, on peut noter la venue de Claudemir, João Novais et surtout Bruno Viana, défenseur venant de l’Olympiakos. De plus, l’arrivée (en prêt) de João Palhinha en provenance du Sporting contribue également à la réussite du club pour le moment. 

Le SC Braga 2018/2019 a de quoi séduire

Un club solide en interne 

Antonio Salvador, président modèle

La réussite du SC Braga passe également par la bonne gestion du club par son président, Antonio Salvador. Il est sans aucun doute le principal artisan de la réussite de son club. En plus d’avoir permis à Braga d’obtenir des infrastructures saines et de parvenir à être chaque saison dans le positif financièrement parlant, Anonio Salvador est également un incroyable dénicheur d’entraîneur. En effet, outre Abel Ferreira qui est en train de réaliser une belle aventure avec Braga, Salvador a œuvré à l’éclosion de plusieurs grands entraîneurs portugais. Parmi eux, on retrouve Jorge Jesus (passé lors de la saison 2008/2009), Leonardo Jardim (arrivé de Beira Mar en 2011) ou encore Sergio Conceicão (lors la saison 2014/2015). 

Abel Ferreira, entraîneur prometteur

Le SC Braga peut également compter sur son entraîneur, Abel Ferreira. S’il a débuté au Sporting B en 2013, il a rejoint les arsenalistas en février 2015. Il rejoint alors le club pour gérer l’équipe B. En un an, il parvient à sauver le club de la relégation et repérer les jeunes pousses en devenir. En avril 2017, il est nommé entraîneur de l’équipe première. Lors cet été 2017, plusieurs jeunes joueurs ayant excellé sous Ferreira avec l’équipe B se voient offrir un premier contrat pro. L’entraîneur portugais évolue principalement dans un 4-4-2 avec deux milieux relayeurs. La philosophie de jeu est habituellement un jeu long et surtout attaquer sur les ailes. Cela leur permet notamment de passer à travers le milieu et de briser les lignes adverses avec une vitesse assez incroyable.

Le jeu d’Abel Ferreira décrit ci-dessus 
(crédit twitter : @ZoneSCBraga)

Quel avenir pour Braga ?

Comme la quasi totalité des clubs de Liga Nos, le SC Braga est également touché par la crise du football portugais. Tout d’abord, les seules sources de revenus de Braga sont les droits TV, les sponsors et les ventes de joueurs. Le club parvient malgré tout à se stabiliser. Autre problème qui touche que le club d’Antonio Salvador : la faible affluence. Mise à part le trio de tête, les équipes de Liga NOS souffrent d’une désertification de leurs enceintes. Seul le Vitoria Guimaraes parvient à être légèrement épargné. Lors de la saison 2016/2017, seul 11 400 personnes venaient remplir les travées de l’Estadio Municipal de Braga en moyenne sur les 30 000 possibles…

L’affluence moyenne en Liga NOS lors de la saison 2016/2017 (crédit : Ecofoot)

Quel objectif pour cette saison ? 

Braga est donc un club qui parvient à pleinement se développer dans ce championnat portugais très complexe et paradoxal. La solidité du club est un facteur indéniable de la réussite des arsenalistas. Toutefois, l’équipe d’Abel Ferreira a subi une première grosse déconvenue cet été lors de l’élimination en phase préliminaire de l’Europa League face à Zorya Lugansk. Au final, cela fut peut être un mal pour un bien étant donné la saison qu’est en train de réaliser le club. Après avoir remporté la coupe nationale il y a deux ans, nul doute que les hommes d’Abel Ferreira auront à cœur de remporter la Coupe de la Ligue, d’autant plus que la finale se déroule à la maison. Pour ce qui est du championnat, l’objectif affirmé par la direction est le top 4. 

Pour la réalisation de cet article, nous avons interviewé le compte twitter français non officiel du SC Braga : @ZoneSCBraga. Nous le remercions pour sa collaboration et les informations qu’il nous a livré pour la conception de cet article.