Frappée de plein fouet par le déclin de son industrie, le drame d’Hillsborough en 1989 et la descente aux enfers de ses deux grands clubs, la ville de Sheffield a été durement heurtée dans les années 1980-1990. Vingt ans plus tard, le retour de l’équipe de Sheffield United dans l’élite semble être un exemple probant de la renaissance de toute une ville.

Avec des matchs nuls et une victoire arrachés au forceps, Sheffield United fait figure de petit poucet intenable en Premier League. Pas de stars dans l’effectif, c’est le collectif qui parle. Beaucoup de choses portent à croire que le club pourra arracher le maintien cette saison. Une division en-dessous, le rival de Sheffield Wednesday compte bien croire également à un retour en Premier League. Peut-on raisonnablement espérer retrouver le fameux derby en Premier League ? Focus sur une ville pionnière du football qui refait surface.

Berceau du football

Au XIXème siècle, alors que le ballon rond vit ses premières années, Sheffield est l’une des villes les plus importantes d’Angleterre. Fruit de la révolution industrielle, elle est réputée pour sa sidérurgie et ses innovations techniques. En 1893, la ville devient cité par assentiment royal.

En 1857, le Sheffield FC devient le premier club de football de l’histoire. Fondé par des joueurs de cricket, le club est à l’origine de certaines des règles du football moderne (nombre de joueurs notamment). Si l’équipe n’est jamais devenue professionnelle depuis ses 162 années d’existence, elle a permis d’accélérer l’émergence du sport.

Un blason qui en dit long (crédit image : Wikipedia)

En effet, dès 1863, la Fédération Anglaise de Football voit le jour. La FA Cup apparaît en 1871, le statut professionnel du football en 1885 et le championnat en 1887. Dans la région, Sheffield FC fait figure d’exemple et donne l’idée à certains groupes de donner naissance à un club dans la ville. De cette manière, Sheffield Wednesday émerge en 1867, Sheffield United en 1889.

Et c’est lors de cette période que les deux clubs principaux vont remplir la quasi-intégralité de leur vitrine. Sheffield United remporte ainsi le championnat en 1898 et les FA Cup de 1899, 1902, 1915 et 1925. Sheffield Wednesday, de son côté, rafle les éditions 1903, 1904, 1929 et 1930 du championnat ainsi que les FA Cup de 1896, 1907 et 1935. La liste est à la limite de l’exhaustif. En effet, après 1930, les deux clubs ne gagneront plus rien (à part la Coupe de la Ligue 1991 pour Wednesday).

Sheffield Wednesday, l’une des plus grandes équipes du début du XXème siècle en Angleterre (crédit photo : Pinterest, Michael H)

Les temps sombres

Sheffield Wednesday et United connaissent une première crise à la fin des années 1930. En 1934, Sheffield United descend en D2 pour la première fois de son histoire. En 1937, c’est au tour de son rival de découvrir ce championnat. De 1939 à 1945, les championnats sont mis à l’arrêt du fait de la Seconde Guerre Mondiale. La ville de Sheffield se trouve alors très endommagée par les bombardements. Les usines, symboles de la puissance industrielle de la ville, sont détruites et plus de 600 personnes trouvent la mort sous les bombes.

Un spectacle de désolation (crédit photo : Sheffield History)

Dans les années 1950, alors qu’elle se reconstruit, l’économie de la ville (et parallèlement les deux clubs) peinent à retrouver leur éclat d’antan. Ils alternent entre D1 et D2 pendant dix ans avant de se stabiliser dans les années 1960.

Sheffield commence à s’enfoncer lorsque ses deux clubs s’immiscent dans un championnat jusqu’alors inconnu pour eux : la troisième division. Sheffield United passe de la D1 en 1976 à la D4 en 1981. Pendant que l’économie s’effondre, le chômage augmente et le football n’est plus en mesure d’apaiser les coeurs.

Dans les années 1980, Sheffield n’est pas une destination de rêve… (crédit photo : Subbrit)

En 1989, le stade de Sheffield Wednesday, Hillsborough, rentre dans l’histoire d’une triste manière. La ville est au coeur de l’un des plus grands drames de l’histoire du football. C’est ici que 96 supporters de Liverpool trouvent la mort dans un mouvement de foule. Le terrain était alors neutre, les Reds et Nottingham Forest s’y affrontaient.

Doué d’un fort caractère, Sheffield Wednesday connaît un chant du cygne dans les années 1990 ponctué par la victoire en Coupe de la Ligue en 1991. En 2000, le club dit adieu à la Premier League. En 2007, c’est au tour de Sheffield United de faire son chant du cygne avec un retour dans l’élite après douze ans de purgatoire en D2. Mais l’affaire ne dure pas plus d’une saison.

Depuis, Sheffield est devenu une ville habituée aux divisions inférieures. Pour autant, la tendance semble enfin s’inverser. En effet, Sheffield United a retrouvé l’élite la saison dernière en finissant deuxième derrière Norwich.

La renaissance

Le paysage de Sheffield ces dernières années est en train de se transformer plus que jamais. Les bâtiments vétustes laissent place à des maisons modernes, les terrains vagues se transforment en beaux espaces verts. Les parcs se font de plus en plus nombreux. Et les pelouses de plus en plus attrayantes…

Sheffield se rattrape et se modernise à vitesse grand V ces derniers temps ! (crédit photo : Linkedln)

Sheffield Wednesday est passé près de retourner en Premier League ces cinq dernières années. Et pour cause, le club a goûté aux play-offs lors des saisons 2015/2016 et 2016/2017. Avec un centre de formation optimisé, le club a pu faire émerger les anciens internationaux U19 et U20 Cameron Dawson et Joe Wildsmith ainsi que l’Écossais Liam Palmer (huit sélections en Écosse espoir).

Douzième l’an dernier, les rivaux de United font parties des principaux prétendants à la montée en Premier League. Avec Huddersfield (qu’ils ont battu dimanche) et Stoke City déjà hors course, les hommes de Lee Bullen y croient dur comme fer.

Sheffield Wednesday, une équipe fringante depuis quelques saisons en Championship (crédit photo : Sheffield Wednesday)

Le doyen, Sheffield FC, est également en train de sortir de terre. Alors en D8 en 2012, le club n’a jamais été aussi proche de la D4 pour enfin acquérir un statut professionnel.

L’équipe est revenue sur le devant de la scène ces dernières années. Elle est honoré du titre du FIFA Order of Merit en 2004, distinction qu’elle partage seule avec le Real Madrid. En 2007, pour les 150 ans du club, Sheffield FC affrontait en match amical l’Inter Milan et l’Ajax. L’événement, organisé par la FIFA et tenu à Bramall Lane (stade de Sheffield United), avait ainsi comme invité de prestige personne d’autre que le roi Pelé.

Pelé avec le maillot de Sheffield FC en 2007 (crédit photo : Daily Mail)

Bramall Lane en fusion

Encore plus haut, encore plus fort. Après cinq journées en Premier League, Sheffield United est en train de faire sensation. Arrachant le nul contre Bournemouth et Chelsea (tout de même !), les Blades peuvent plus que jamais croire au maintien. À l’opposé de son rival, Sheffield United privilégie tout sauf son centre de formation. C’est bien simple, tous les joueurs du club ont joué pour un autre maillot dans leur carrière. Avec un mercato 2019/2020 très intelligent, Chris Wilder a misé sur l’expérience. Il a de ce fait intégré Phil Jagielka (37 ans) et Muhamed Besic (27 ans) en provenance tous deux d’Everton.

Phil Jagielka et Muhamed Besic (ici avec les couleurs d’Everton) se retrouveront à Sheffield (crédit photo : Zimbio)

Composé d’internationaux irlandais, écossais, gallois et anglais surtout, le club ne contient pas de têtes d’affiches dans ses rangs. Seulement des guerriers prêts à se sacrifier sur le terrain. Et cela se voit sur le terrain. La défense se révèle en effet très solide et robuste.

Avec notamment le Français Lys Mousset et l’Irlandais Callum Robinson (buteur contre Chelsea) devant, l’attaque est également source de multiples dangers. Disposant d’un mental assez incroyable, le collectif a donc été capable à plusieurs reprises de revenir au score face à des adversaires notables. Menés 2-0 face aux Blues de Chelsea à la mi-temps, ils arrachent le match nul à la 89ème minute à Stamford Bridge. Contre Bournemouth, Billy Sharp a égalisé à la 88ème.

La remontée historique de Sheffield United contre Chelsea, à savourer sans modération ! (crédit vidéo : YouTube, Sheffield United)

Quatorzième au terme de la cinquième journée avec cinq points, Sheffield United peut songer sérieusement à s’installer quelques saisons en Premier League. Mais seulement si le groupe continue de se montrer aussi uni et soudé…

Sheffield se relève doucement mais sûrement de la crise des années 1970-1980. Et c’est presque pareil pour les clubs, avec United qui a retrouvé la Premier League cette saison et qui compte bien y rester, Wednesday qui frappe de plus en plus à la porte de l’élite et Sheffield FC qui est à une marche de devenir enfin professionnel au bout de 162 ans de football amateur. La remontada à l’anglaise.