Le 18 décembre dernier, Manchester United licencie un José Mourinho en conflit avec son collectif. Il est remplacé dans la foulée par «Super Sub» Ole Gunnar Solskjaer, une légende du club avec 366 matchs et 126 buts pour les Reds Devils de 1996 à 2007.

L’entraîneur, tout droit sorti du club norvégien de Molde FK, convainc pour l’instant avec deux belles victoires à Cardiff (5-1) et face à Huddersfield (3-1). Si «Super Sub» a parfaitement réussi son passage de Molde FK à Manchester United en tant que joueur, en sera-t-il de même pour le costume d’entraîneur ?

Une expérience d’entraîneur mitigée

Ole Gunnar Solskjaer a déjà une expérience sur le banc de touche mancunien. De 2008 à 2010, il a entraîné l’équipe réserve de MU, où jouait déjà un certain Paul Pogba. S’en suivent quatre belles années en Norvège, dans son ancien club de Molde FK. Il remporte les deux premiers championnats de Norvège du club en 2011 et en 2012 ainsi qu’une Coupe Nationale en 2013.

Solskjaer célébrant la victoire en Coupe de Norvège en 2013 (Crédit photo : 101greatgoals)

Par opposition aux quatre années à Molde, le premier passage en Premier League de Solskjaer se révèle très compliqué.

Arrivé en janvier 2014 chez le promu Cardiff, le Norvégien ne connaît que 9 victoires sur 30 matchs. Le club termine 20ème de D1 avec 30 petits points. Solskjaer quitte Cardiff en septembre, alors classé 17ème sur 24 en D2. Après cette expérience ratée, il retourne en Norvège où il finit deux fois deuxième du championnat. Lors de la saison 2015-2016, il parvient même à emmener Molde jusqu’en 16ème de finale de l’Europa League.

On se retrouve avec un bilan mitigé : un passage réussi en Norvège et un véritable échec en Premier League. Si Solskjaer réussit à s’imposer dans son pays, on peut se demander si la Premier League n’est pas encore une marche trop haute à franchir pour lui.

La tâche de Solskjaer : combler le vide

Depuis 2013, le vide créé par le départ de Sir Alex Ferguson peine à être comblé. Les passages de David Moyes et de Louis Van Gaal sont très mitigés (50% de victoire) avec comme seules récompenses une FA Cup et un Community Shield. Quand José Mourinho arrive en 2016, il est vu comme l’homme providentiel. Il gagne une Europa League, un Community Shield et une FA Cup, mais l’équipe reste toujours derrière le rival citizen et a du mal à marquer sa présence en Ligue des Champions.

À l’aube de la 18ème journée, le « Special One » quitte une équipe de United en crise avec 7 victoires seulement pour 5 nuls et 5 défaites. L’équipe n’a gagné que 6 points lors des 6 derniers matchs. Elle se retrouve alors 6ème, en lutte avec le promu Wolverhampton, Everton, West Ham, Watford, et distancé surtout de 8 longueurs par le 5ème, Arsenal.

Une défense en difficulté après la défaite 1-3 contre West Ham, le 29 Septembre (Crédit photo : W3LiveNews.com)

Assuré de l’intérim pour le reste de la saison, Solskjaer débarque alors dans une équipe qui n’a gagné que deux matchs de championnat depuis novembre (Bournemouth et Fulham). L’objectif n’est plus la victoire du championnat (Liverpool étant 19 points devant) mais Arsenal, Chelsea sont encore atteignables. Et surtout le club est toujours en lice en C1 face au PSG.

Un passage de flambeau pour l’instant réussi…

Et pourtant, malgré tous les déboires que traverse les Reds Devils cette saison, il ne suffit que d’une journée au Norvégien pour remotiver le collectif de Manchester United et dompter une équipe de Cardiff impuissante sur le score de 5 à 1 pour leur entrée dans le Boxing Day.

Avec un 4-3-3 qui donne plus de responsabilités à Paul Pogba, l’équipe prend rapidement le large grâce au coup franc de Marcus Rashford à la 3ème minute et la frappe à l’extérieur de la surface d’Ander Herrera. Mieux. La connexion Martial – Lingard – Pogba reprend de milles feux. A la clé, un but de l’ancien prodige de l’AS Monaco et un doublé de Jesse Lingard.

Le but de Martial au terme d’une superbe action collective.

Phil Jones s’impose totalement en défense. Le seul but encaissé est dû à un pénalty provoqué par une main de Rashford. Ensuite, pour son second match sur le banc, Solskjaer effectue trois changements avec le jeune Diogo Dalot à la place d’Ashley Young, Juan Mata pour Anthony Martial et Fred à la place d’Ander Herrera. Avec un but opportuniste de Nemanja Matic et un doublé de Pogba, le club confirme sa métamorphose avec une victoire 3 à 1 face aux Terriers d’Huddersfield.

Nommé intérimaire jusqu’à la fin de la saison, Solskjaer fait déjà l’unanimité chez les fans des Red Devils. Sa manière d’avoir parlé avec les joueurs, d’avoir reboosté le vestiaire mancunien lui vaut des éloges de partout. Mais il est encore trop tôt pour parler de recette miracle.

Solskjaer exulte au milieu de ses joueurs (Crédit photo : Nord Littoral)

… mais pas encore de match référence

Si les deux premiers matches de Solskjaer nous ont permis de retrouver une équipe recomposée et totalement transformée, il est nécessaire de rappeler que les deux derniers adversaires sont respectivement 17ème et 20ème de Premier League.

Deuxième nuance à ajouter, si United a su maîtriser Cardiff, le club a souffert face à Huddersfield. À la 10ème minute de jeu, après deux duels aériens perdus dans la surface, le club a failli se faire punir par un Terence Kongolo libre de tout marquage. David De Gea sauve impérialement l’équipe à la 60ème minute avec une parade miraculeuse sur un tir du Belge Laurent Depoitre. Il faudra attendre le doublé de Pogba pour mettre les Red Devils à l’abri.

Le but de Pogba qui enterre Huddersfield.

L’attaque a beau être fringante, la défense pêche toujours. Deux buts encaissés en deux rencontres contre des équipes qui marquent peu (12 buts pour Huddersfield, 18 pour Cardiff, en 19 journées). Gros point faible de l’équipe, la défense est sans doute le plus grand défi de Solskjaer. L’équipe en est déjà à 31 buts encaissés en 19 journées !

Solskjaer fait un début très encourageant mais n’a encore rien prouvé. Les matchs références arrivent vite. La prochaine rencontre ce dimanche à 17h30 contre Bournemouth va vraiment servir de premier match référence. Les Cherries peuvent se montrer redoutable en attaque avec des joueurs comme David Brooks (auteur d’un doublé contre Brighton) ou encore Callum Wilson (8 buts depuis le début de la saison). Sans oublier les dangers Junior Stanislas et Joshua King. Un avant-goût avant le choc contre Tottenham le 13 janvier.