La polémique sur le poste de gardien titulaire en Allemagne a pris de l’ampleur après les récentes déclarations du président du Bayern Uli Hoeness, qui menace de n’envoyer aucun joueur en sélection si ter Stegen devient le numéro 1. Qui a raison, qui a tort ? Analyse des performances des deux portiers

C’est une véritable guerre des goals entre le Barcelonais et le Bavarois. Après que ter Stegen ait publiquement fait part de ses états-d’âme, le débat fait rage. Qui est le meilleur choix pour défendre les cages de la Mannschaft, à neuf mois de l’Euro 2020 ? Au-delà de l’aspect people du problème, la question a le mérite d’être posée. Le Blaugrana semble être au sommet de son art et enchaîne de très bonnes performances alors que Neuer a retrouvé du temps de jeu dans les cages du Bayern Munich mais peine à revenir à son meilleur niveau. À ter Stegen, Neuer et demi ?

La T-frage, un problème bien allemand

Ulreich, Leno, Karius, Neuer, Trapp et ter Stegen, le vivier allemand se porte bien (Crédit photo : T-Online)

Ulreich, Leno, Karius, Neuer, Trapp, ter Stegen, Zieler et Nübel. Huit noms, trois places et autant de maux de tête pour le sélectionneur allemand Joachim Löw. Si Neuer est le numéro un depuis quelques années, les plus jeunes regardent impatiemment leur montre et compte les secondes qui rapprochent le Bavarois de la retraite. À 27 ans, ter Stegen est le plus pressé. Titulaire indiscutable avec le FC Barcelone depuis cinq saisons, il a déjà tout remporté en club et la sélection constitue son prochain objectif personnel. Barré par Weidenfeller et Zieler en 2014, loin derrière le géant Munichois, il suivra la Coupe du Monde derrière son écran de télévision. S’il remporte une Coupe des Confédérations en 2017, cette fois dans la peau d’un titulaire, le prestige n’est pas le même qu’une Coupe d’Europe ou qu’une Coupe du Monde.

Manuel a été le meilleur gardien du monde pendant des années. Il a été blessé un certain temps, mais il est clair que s’il redevient comme avant – et c’est ce qu’il fait – il n’y a pas de discussion, c’est lui le numéro 1. Nous n’accepterons pas de changement de gardien. Si tel est le cas, nous cesserons d’envoyer des joueurs du club vers l’équipe nationale.”

Uli Hoeness, volcanique après le match contre Belgrade en Ligue des Champions (Football365)

La T-frage, ou “question du gardien titulaire“, est toujours venue animer le débat allemand. Mais le problème a franchi un cap, voire plusieurs, après un vif échange entre déclarations interposées. Uli Hoeness, président du Bayern Munich, s’est ensuite mêlé à l’histoire et a menacé la Fédération de ne plus envoyer ses joueurs avec la Mannschaft si ter Stegen venait à doubler Neuer dans la hiérarchie des gardiens de but. Situation aussi stupéfiante que provocante, mais loin d’être un cas isolé. Steve Mandanda, doublure d’Hugo Lloris depuis 2009 en équipe de France, bien que sa situation se complique récemment, ne s’est jamais plaint de son statut de second couteau. Toutefois, Joachim Löw devrait apporter des premiers éléments de réponse avec le prochain rassemblement prévu dès le mois d’octobre. Les gardiens n’ont qu’à bien se tenir.

Une lutte à couteaux tirés

Si les statistiques des deux portiers sont presque équivalentes, Ter Stegen a plus d’impact que son homologue sur le résultat des matchs (Crédit photo : BFM TV)

Étincelant. C’est ce qui résume l’état de forme actuelle du portier du Barça. Celui qui sauve le match de Barcelone contre Dortmund en Ligue des Champions en stoppant un penalty (0-0) n’a jamais été aussi bon. Et cela se traduit naturellement dans ses statistiques. Si ter Stegen a joué onze matchs de plus que son homologue du Bayern depuis le début de la saison dernière, il est néanmoins possible de tirer des premières conclusions en raisonnant avec des moyennes. Si les deux ont un pourcentage identique de clean sheet effectués (43%), Neuer encaisse moins de buts avec une moyenne de 0,89 but encaissé par match contre 0,91 pour ter Stegen. Mais lorsque l’on rapporte cela au nombre de minutes jouées, la tendance s’inverse. Le dernier rempart de Barcelone encaisse un but toutes les 102 minutes quand celui du Bayern en laisse filé un toutes les 96. Jeu égal.

Je suis un joueur d’équipe et je pense toujours au bien de l’équipe. Il y a beaucoup de bons gardiens. Ce n’est pas juste pour Bernd Leno ou Kevin Trapp. Tous ceux qui ne jouent pas sont mécontents, je le comprends parfaitement. Mais le plus important, c’est toujours le succès et le bien-être de l’équipe. Nous devons rester unis” 

Manuel Neuer, jouant la carte de l’apaisement (L’Equipe)

Ironiquement, c’est par son absence que ter Stegen brille le plus et passe devant Neuer. La saison passée, quand il n’était pas dans les cages de Barcelone, le taux de victoire du club chutait à 45%, alors que ce chiffre est à 71% en sa présence. L’ancien portier de Schalke 04 présente un taux de victoire de 74% en 2018-2019 lorsqu’il enfile les gants, chiffre qui ne diminue qu’à 64% en son absence. Ce phénomène se traduit de manière plus concrète au regard des derniers matchs des Azulgranas. Ter Stegen est un véritable ange gardien et sauve régulièrement la mise à ses partenaires. Le fameux penalty à Dortmund est un thermomètre de la situation actuelle de Barcelone. L’équipe n’est pas au meilleur de sa forme, c’est une certitude, mais ter Stegen sauve les meubles et permet à son équipe de ne pas sombrer. Influence que Neuer n’a plus avec son équipe, du moins pas à ce point.

L’état de forme, facteur décisif ?

Ter Stegen se mue en passeur décisif (2:15) et arrête plusieurs tirs décisifs, difficile de faire mieux (Crédit vidéo : Youtube – beIN SPORTS France)

Si à Barcelone les projecteurs sont souvent tournés vers Messi, c’est ter Stegen qui a eu son lot de superlatif ce samedi. Alors que son équipe se déplaçait à Getafe, il a multiplié les arrêts de grande classe alors que les hôtes maintenaient la pression sur les Blaugranas. Il ne s’est pas arrêté là et a même délivré une passe décisive pour Luís Suárez en sortant de sa zone de confort et en jouant le ballon loin de ses buts. Suffisant pour établir un beau record, il est en effet le premier gardien de Liga à offrir une passe décisive au 21ème siècle. À la manière d’un certain Neuer en son temps, il est capable de jouer très haut le ballon, et même d’influencer le score d’un match. Pas mal pour un remplaçant.

J’ai établi mes priorités. Je veux avoir du succès et mon grand objectif est d’être le gardien numéro 1 de mon pays (…) Parfois, tu dois attendre. Cela me rend un peu fou. Tu donnes le meilleur de toi et tu n’es pas où tu aimerais être.”

Ter Stegen multiplie les appels du pied à son sélectionneur depuis plusieurs semaines (90min)

Après l’échec cuisant du mondial 2018, Joachim Löw tente de redonner un coup de jeune à un effectif en fin de cycle. Ainsi, l’avenir porte les noms de Niklas Süle, Julian Brandt ou encore Lukas Klostermann. Mais pas de ter Stegen à l’horizon pour l’instant. Il reste quatre rassemblements avant les échéances du Championnat d’Europe, et autant d’occasions d’observer les choix du sélectionneur à la loupe. Si ce dernier n’a pas réagi aux récentes polémiques, nul ne doute qu’il ait déjà en tête le nom du titulaire pour les semaines à venir. À l’heure où ter Stegen enchaîne les matchs de référence, lui donner plus de responsabilités pourrait certainement accroître sa confiance et son état de forme. Suffisant pour devenir le numéro 1 et résoudre cette fameuse T-Frage ? Seul l’avenir nous le dira.