Hier soir, lors du premier match éliminatoire pour l’Euro 2020, Olivier Giroud a rejoint David Trezeguet, un autre bleu pas vraiment chouchou du public, à la troisième place des plus grands buteurs de la sélection en inscrivant sa 34ème réalisation pour l’Equipe de France lors de la victoire facile contre la Moldavie (1 – 4).

À l’issue de la rencontre, Didier Deschamps a parlé de joueur « injustement décrié » en évoquant Giroud. Et dans le fond, il n’a pas tort. Retour sur ce qui fait d’Olivier Giroud un grand attaquant considéré par le public français comme « surcôté » qu’on a fini par sous-côter.

Une tardive mais prodigieuse montée en puissance

Ayant été formé à Grenoble, le natif de Chambéry peine dans un premier temps à faire sa place dans le football professionnel. Appelé en équipe de France des moins de 16 ans en 2001, il ne joue pas une seule seconde et s’engage en 2005 à Grenoble Foot 38. Après deux ans peu convaincants où il est surtout remplaçant (2 buts pour 27 matchs), Olivier Giroud est envoyé en National, au club d’Istres. À partir de là, l’attaquant n’en finira pas de gravir les échelons.

En 34 matchs à Istres, il parvient à trouver 14 fois la marque. Ses qualités de buteurs, sa finition, son pied gauche tapent à l’oeil du club de Tours FC, promu en Ligue 2. Commençant à trouver le chemin des filets lors de sa première saison au club, avec 9 réalisations en 23 matchs, Giroud s’illustre la saison suivante avec des statistiques affolantes. Il joue les 38 matchs et termine meilleur buteur avec 21 buts et 7 caviars. Nommé meilleur joueur de la saison de Ligue 2 2009/2010, il se permet de décliner des offres venant d’outre-Atlantique avant de donner son feu vert à Montpellier.

Dès sa première saison dans l’élite, Giroud participe presque à tous les matchs et marque déjà 12 buts. L’équipe finit cependant quatorzième. Il faudra attendre la saison 2011/2012 pour qu’il explose littéralement. Une année incroyable où il fait ses premiers pas en Equipe de France et marque son premier but avec les Bleus en février 2012 contre l’Allemagne à Brême. Mais surtout celle du titre de Montpellier, une consécration inattendue et miraculeuse avec le trophée de meilleur buteur du championnat (21 réalisations).

Olivier Giroud se révèle réellement avec le maillot montpelliérain (Crédit Photo : Offside / L’Equipe)

À l’issue de cette saison, Giroud part en Angleterre, à Arsenal, où Arsène Wenger lui offre beaucoup de temps de jeu. Titulaire quasi-indiscutable chez les Gunners, l’attaquant français tourne à une dizaine de buts par saison pendant six ans et devient l’une des pièces maîtresses de l’Equipe de France, étant du voyage pour l’Euro 2012, le Mondial 2014 et l’Euro 2016 à la maison.

En 2018, Giroud part à Chelsea pour environ 18 millions d’euros. Connaissant une première saison compliquée dans le club londonien, il fait quand même partie des protagonistes de la victoire à la Coupe du Monde 2018 sans pour autant marquer un seul but. Remplaçant de choix en Premier League cette saison, Giroud s’illustre en Europa League avec 9 buts pour 9 matchs. Le 14 mars, il marque un triplé contre le Dynamo Kiev. Bref, vous parlez à l’actuel meilleur buteur de la compétition en plus d’être champion du monde !

Un serial-buteur

Qualifié par les médias anglais comme un remplaçant modèle, Giroud est un attaquant très efficace, marquant tous les deux matchs environ. Principalement utilisé comme numéro 9, Giroud est un joueur très rapide qui met les défenseurs aux abois. Ajoutez à ça une grande force physique, il s’impose en effet sur les duels au sol ainsi que dans les duels aériens, aidé par sa taille (1m93). Doué d’un excellent jeu de tête, il apparaît comme un véritable danger sur coup de pied arrêté, comme hier contre la Moldavie où il marque à bout portant sur un centre.

Ces dernières années, Giroud est devenu un point d’appui redoutable. Doté d’une excellente science du jeu, il est capable de trouver des solutions pour ses coéquipiers sur une seule touche. Son jeu dos au but est très utile. Son placement intelligent permet souvent de créer des espaces pour les autres.

Un joueur très fort dos au but (Crédit vidéo : Youtube JIGGZ)

Très bon dos au but, Olivier Giroud s’est surtout forgé une réputation de très bon finisseur. Son pied gauche redoutable et puissant ne permet souvent aucune chance aux gardiens. Dans le document « Giroud, le mal-aimé » de l’Equipe Enquête, magazine de reportage sur la Chaîne l’Equipe, son ami d’enfance Yohan Almodovar avait expliqué que son pied gauche faisait déja des ravages… avec un ballon en mousse. « À l’école primaire avec un ballon en mousse, il (Olivier Giroud) avait cassé le bras d’un gars… Il a toujours eu cette grosse frappe. En benjamin, c’était le seul à savoir mettre de l’effet dans le ballon. Il a toujours eu un bon pied gauche ».

Un atout qui lui sert. En Europa League, cette saison, il est à un but marqué pour 3,3 tirs. Le joueur est capable de marquer dans toutes les situations même quand le ballon est derrière lui, ce qui lui a valu un Prix Puskas en 2017. Pour ceci…

La petite aile de pigeon de Giroud contre Crystal Palace, Prix Puskas 2017 (Crédit vidéo : Youtube FIFATV)

Mais dans le comportement, Giroud est également très apprécié. Ne lâchant rien, il se montre à chaque fois très agressif sur ses pressings notamment. Lors de la Coupe du Monde, sa capacité à gêner les défenseurs quand ils avaient le ballon n’a sûrement pas été reconnue à sa juste valeur. Ce qui nous pousse à nous demander pourquoi il est considéré comme « surcôté ».

Tout sauf un joueur surcôté

Depuis quelques années, nous pouvons voir quatre raisons – les plus tangibles – pour lesquelles l’attaquant français serait surcôté. Et nous allons essayer de les combattre ici.

La première est que Giroud ne serait pas assez décisif pour un 9. En effet, il n’en est qu’à 7 buts pour ses 24 derniers matchs. Mais il ne faut pas oublier son âge, Giroud va sur ses 33 ans. Il ne faut pas non plus oublier qu’il y a seulement trois ans, de 2015 à 2017, l’attaquant tournait à 17 buts pour 25 matchs, un bilan plus que remarquable. En le comparant aux deux autres attaquants titulaires de la sélection nationale comme Kylian Mbappé et Antoine Griezmann, les bilans des deux dernières années sont très ressemblants : 11 buts pour 29 matchs pour Mbappé, 10 buts en 24 matchs dont 5 penaltys pour Griezmann.

La seconde est que le public français voudrait que Giroud laisse place à la jeunesse. Le problème est qu’il est le seul véritable 9 de classe internationale dans le football français. Mbappé, Dembélé, Thauvin sont plus à l’aise sur les ailes. Le premier match de la Coupe du Monde contre l’Australie a prouvé que se passer de Giroud, c’était pas aussi facile que ça. En effet, les Bleus ont eu beaucoup de mal à se défaire d’Aaron Mooy et ses compatriotes (2-1).

La troisième provient de la déception de nombreux fans de voir Karim Benzema écarté de l’Equipe de France, remplacé au poste par Giroud, considéré comme moins bon. La comparaison revient régulièrement et toujours aujourd’hui et est source d’un véritable désamour pour l’attaquant des blues. En effet, comme expliqué précédemment, le natif de Chambéry est très respecté en Angleterre, ce qui montre que la raison vient d’autre chose que du niveau de Giroud.

La quatrième est que Giroud serait passé à côté de son Mondial. En réalité, il est l’un des hommes forts de la compétition ! Le seul véritable argument est qu’il n’aurait pas rempli sa fonction de buteur, en terminant le Mondial avec zéro but marqué. Il ne faut pas pour autant oublier que contre le Pérou, c’est lui qui fait l’action du but qui donne la victoire au Bleus. Si le ballon n’est pas accompagné par Mbappé, la réalisation revient vraisemblablement au buteur français. Ensuite, le joueur tricolore réalise une superbe passe décisive pour Mbappé encore contre l’Argentine. Un match mémorable !

Le superbe caviar de Giroud pour Mbappé contre l’Argentine qui enterre Messi et ses coéquipiers (Crédit vidéo : Youtube FIFATV)

En bref, il ne faut pas oublier ce que Giroud a fait pour l’Equipe de France. Il a toujours répondu présent aux grands rendez-vous en étant auteur de trois buts importants lors de l’Euro 2016, dont un doublé contre l’Islande. De tous les joueurs présents dans l’effectif en ce moment, il est le seul à avoir marqué un triplé pour les Bleus. Didier Deschamps lui a toujours donné sa confiance, et il n’a pas eu tort. Jusqu’à présent.