Pendant de longues années, la base arrière a été le point faible des équipes de Premier League. Mais aujourd’hui, avec la renaissance du poste de gardien ainsi que l’arrivée de grands défenseurs dans le championnat, les cages n’ont jamais été aussi bien protégées ces dernières années. Et la France y est pour beaucoup !

Jeudi 29 août dernier, Didier Deschamps convoquait 3 défenseurs de Premier League pour les matchs amicaux de septembre. Et à bien scruter les 13 joueurs français présents en Premier League à ce poste, force est de constater que le sélectionneur de l’Equipe de France pourrait presque se satisfaire uniquement de ce qui est proposé outre-Manche. Focus sur ces défenseurs qui font la fierté de l’Hexagone chez les bretons.

Vieux comme le temps

Des défenseurs français en Angleterre, ça ne date pas d’hier ! S’ils sont anecdotiques dans les années 1970 ou 1980, ils pullulent au milieu des années 1990. Deux causes à ça : la création de la Premier League en 1992 et l’arrêt Bosman de 1995. En 1992, la Premier League permet de faire exploser les revenus des clubs. Les équipes peuvent ainsi plus que jamais lutter avec les autres clubs européens. Ils ont ainsi plus d’argent pour acheter des joueurs. Et l’arrêt Bosman, trois plus tard, permet aux écuries d’héberger plus de 3 joueurs étrangers.

Chelsea, alors équipe en pleine prise de vitesse dans les années 1990, est la première formation à vraiment miser sur des défenseurs français. En 1996, Frank Leboeuf intègre le club qu’il ne quittera qu’en 2001 après 206 matchs joués. Il est rejoint en 1998 par Marcel Desailly, 223 apparitions pour sa part. Ainsi, lors de la saison 1998/1999, ce sont deux champions du monde qui jouent côte à côte dans la défense des Blues.

Frank Leboeuf et Marcel Desailly, premières pierres du palmarès de Chelsea, et premières exemples de l’invasion des défenseurs français en Premier League (crédits photo : The Telegraph)

Le faux rival de Chelsea, Arsenal, achète Gilles Grimandi en 1997. Malgré ses 169 matchs avec Arsenal, il n’évoluera jamais en Equipe de France. Deux ans plus tard, Mikaël Silvestre, alors jeune joueur prometteur de 22 ans, signe à Manchester United.

Mais c’est à partir des années 2000 que tout s’emballe pour les défenseurs français. Certes, ils accusent au tournant du siècle un certain retard face aux attaquants et milieux qui sont convoités depuis la fin des années 1990. Alors que la France vient de gagner l’Euro 2000, Nicolas Anelka, Thierry Henry, Robert Pires, Patrick Vieira ou Emmanuel Petit ont déjà fait leurs preuves dans le championnat anglais.

Les années 2000 verront Mikaël Silvestre s’imposer comme l’un des grands défenseurs des Red Devils jusqu’en 2008. Il fera au total 361 apparitions pour le club de 1999 à 2008. Succession parfaite : il est rejoint en 2006 par un latéral gauche qui restera 8 ans à Old Trafford : Patrice Evra.

Défenseurs de légende : Patrice Evra (soulevant le trophée), Mikaël Silvestre (à droite), ont signé la plus belle période de Manchester United avec Nani, Wayne Rooney et Cristiano Ronaldo (crédit photo : The Telegraph)

En 2003, Gaël Clichy rejoint Arsenal, suivi de Bacary Sagna en 2007. Les deux défenseurs se retrouveront quelques années plus tard à Manchester City. Passé par Newcastle, Manchester City, Portsmouth, Everton et enfin Bournemouth, Sylvain Distin est le joueur étranger qui a le plus joué en Premier League dans l’histoire avec 469 matchs de 2001 à 2016

Les années suivantes, ils deviendront récurrents dans le championnat. Laurent Koscielny est à son tour un gunner en 2010 jusque 2019. Mathieu Debuchy fera quelques deux années à Newcastle puis Arsenal sans grand succès. Sélectionné pour le Mondial 2014 et l’Euro 2016, Eliaquim Mangala foulera la pelouse de l’Etihad Stadium de 2014 à 2019.

Le but ici n’est pas de faire une liste exhaustive de tous les défenseurs français passés en Premier League. C’est pourquoi nous ne nous attarderons pas vraiment sur les joueurs du début des années 2010.

Blessures sur blessures…

Aujourd’hui, plus que jamais, Didier Deschamps peut voir la Premier League comme un véritable trésor pour former son 23. Sur les 30 français évoluant dans le championnat anglais, 11 sont des défenseurs. Et en ayant les yeux rivés seulement sur la Grande-Bretagne, l’ancien milieu défensif de Chelsea pourrait très facilement se contenter d’un bloc défensif plus que solide. Mais le choix se révèle perturbé par un facteur essentiel : les blessures.

L’expérience avec les Bleus, ce n’est pas ce qui manque outre-manche. Mamadou Sakho, héros contre l’Ukraine en 2013, joue aujourd’hui à Crystal Palace. Lui qui est passé par Liverpool FC continue d’afficher de bonnes performances. Mais freiné par les blessures, une opération au ménisque en mars notamment, il parvient difficilement à enchaîner les matchs. Ainsi, sur 4 rencontres possibles en Premier League, il n’en a participé qu’à une seule. L’année dernière, il a joué 25 matchs sur 38 possibles avec les Eagles. Pour autant, Didier Deschamps l’a toujours dans un coin de sa tête. En effet Mamadou Sakho faisait parti des présélectionnés pour la Coupe du Monde 2018. Il a joué fin 2018 avec les Bleus.

Mamadou Sakho, le doublé improbable et ô combien légendaire (crédit vidéo : YouTube, HAYVAN TV)

Lui avait failli prendre la nationalité espagnole mais a finalement choisi de rester fidèle à son pays natal… Aymeric Laporte n’a pas choisi la voie de la facilité en s’engageant pour la France. Alors qu’il a émerveillé l’Athletic Bilbao de 2011 à 2018, alors qu’il est devenu titulaire indiscutable pour les cityzens, le défenseur central n’a pas encore eu l’occasion de mouiller le maillot pour les Bleus. Le destin est souvent cruel. Sélectionné pour affronter l’Albanie et Andorre ce mois-ci, Laporte s’est blessé au genou le 31 août. On sait cependant très bien qu’il aura l’honneur de porter le maillot des Bleus dans très peu de temps.

Mais celui qui a été le plus miné par les blessures, c’est bien Benjamin Mendy. Débarquant à Manchester City après une excellente saison 2016/2017 avec l’AS Monaco, il se fait les ligaments croisés un mois après son arrivée au club. Il revient pour la saison 2018/2019 avec 10 très bons matchs et 5 passes décisives. Mais encore gêné par des pépins physiques, il devient un habitué du banc de touche. Son dernier match professionnel remonte au 17 avril 2019 lors du match contre Tottenham en Ligue des Champions.

… mais encore de nombreuses possibilités

Certes, les joueurs blessés amenuisent les ressources de Premier League pour Didier Deschamps. Pour autant, elles sont largement compensées par l’explosion d’autres défenseurs.

Alors que Liverpool ne compte aucun joueur français dans ses rangs, l’Hexagone est très bien représenté chez les Toffees. Everton compte dans ses rangs Lucas Digne devenu une vraie star et depuis peu Djibril Sidibé. Prêté pour une année par l’AS Monaco, le latéral droit champion du monde a l’occasion de réapparaître sous le feu des projecteurs. Mais cela risque d’être compliqué, Sidibé concourt avec une légende des Toffees du nom de Séamus Coleman (296 matchs pour Everton).

Outre-Manche, on ne présente plus ce latéral gauche (crédit photo : FOX Sports Asia)

L’an dernier, prêté par Chelsea Kurt Zouma défendait aux côtés de Morgan Schneiderlin et Lucas Digne. Auteur d’une saison de haute volée et d’une entente exceptionnelle avec son acolyte Michael Keane, Zouma a permis nombre de clean sheets à Jordan Pickford lors de la fin de la saison 2018/2019 face à des clubs comme Arsenal, Liverpool, Manchester United. Bien qu’il soit passé à côté de son premier match de la saison 2019/2020 avec les Blues, Zouma a gagné la confiance de Frank Lampard par la suite. C’est logiquement qu’il a retrouvé Lucas Digne à Clairefontaine en septembre.

Encore un latéral, décidément… Frédéric Guilbert a quitté le SM Caen en 2019 pour rejoindre Aston Villa. Âgé de 24 ans, il fait pour l’instant forte impression en Premier League. Rapide et très bon centreur, il se révèle être un grand danger dans le couloir droit. Contre Everton le 23 août 2019, il a réussi à prendre le dessus sur Lucas Digne. Fort au marquage et disposant d’une analyse du jeu remarquable, il a cassé la relation entre l’ancien barcelonais et l’ailier gauche Bernard, si ravageuse d’habitude.

Issa Diop, 22 ans, est titulaire à West Ham United. Il fait partie des principaux acteurs de la remontée au classement des Hammers (20ème lors de la 3ème journée, le club finit 9ème en mai). Costaud et très bon dans les airs, il a de point commun de Zouma, Laporte et Willy Boly qu’il est redoutable sur coup de pied arrêté. Tiens, Willy Boly. Oublions sa défense passive sur le but de Richarlison la semaine dernière contre Everton et son carton rouge en fin de match. A 28 ans, il a signé la saison de sa vie avec Wolverhampton l’an passé, arrachant une 7ème place inespérée.

En bas de tableau, Yan Valéry (Southampton), Ibrahim Amadou (Norwich City), Florian Lejeune (Newcastle United) n’en restent pas moins des joueurs souvent utilisés par leur coach. Yan Valéry, né en 1999, est déjà très souvent titulaire chez les Saints. Le latéral droit incarne avec Issa Diop l’avenir de l’Equipe de France en défense. Très à l’aise à son poste pour son jeune âge, il a inscrit un but d’anthologie face à Manchester United en mars dernier. Prêté par Séville, Amadou (26 ans) aura à coeur de retrouver son niveau du LOSC.

Il nous a fait une Pavard ! Non une Yan Valéry ! Et beaucoup de choses portent à croire que ce ne sera pas son dernier coup de génie (crédit vidéo : YouTube, Southampton TV)

Voilà, ce n’est pas depuis hier que les défenseurs français pullulent en Premier League. Mais cette année, la France ne s’est jamais vue aussi bien représentée. Malgré les blessures récurrentes, Didier Deschamps compte encore énormément d’options et ce à tous les postes. Entre l’expérience de Sakho et Digne et la jeunesse de Diop et Valéry. Peu de pays peuvent se vanter d’avoir une équipe-type Digne/Laporte/Zouma/Sidibé dans un seul championnat.