Président du Libéria depuis peu, George Weah est une figure emblématique du football français et européen. Le 22 février 2000 naît son 3ème enfant, Timothy Weah qui évolue au Paris Saint-Germain comme son père (1992-1995) depuis 2014 . Le jeune attaquant espère cette saison faire mieux que ses 3 matchs de Ligue 1 de 2017-2018 malgré une concurrence très rude avec Cavani comme titulaire indiscutable dans l’axe.

Durant les matchs de présaison, il a participé aux 4 rencontres du PSG en inscrivant 2 buts (contre le Bayern Munich en International Champions Cup et l’AS Monaco au Trophée des Champions). Mais « Tim » Weah n’est-il que le fils de George le Ballon d’Or 1995 ou finalement une vraie promesse du football ?

Dans l’ombre d’un nom pesant

George Weah Ballon d’Or 1995. Crédit : SenePlus

Champion de France avec le PSG (1994), Champion d’Italie avec le Milan AC (1996 et 1999) et surtout Ballon d’Or africain (1989 et 1994), Weah est un nom bien connu dans le monde du football mondial. Surtout quand ce Weah se prénomme George et qu’il est à ce jour le seul africain à avoir remporté le Ballon d’Or (1995).
International Libérien (22 buts en 60 matchs), il a su se faire un nom et une réputation en France et en Italie. Sa carrière européenne débute lorsqu’il arrive en 1988 à l’AS Monaco sous les ordres d’Arsène Wenger. Après quatre ans sur le rocher, l’attaquant alors âgé de 26 ans débarque au Paris Saint-Germain après avoir réalisé sa saison la plus prolifique (18 buts).

Rapide, technique mais surtout redoutable devant le but, ces qualités athlétiques lui ont permis de briller en Coupe d’Europe mais sans jamais dépasser les demi-finales de la Ligue des Champions. Champion de France en 1993-1994, ses performances d’attaquant hors pair ont fait parler de lui au point d’être repéré par le grand Milan AC.

En 1995, il débarque en Serie A et est sacré Ballon d’Or dès sa première saison. Durant ses quatre années au club, il remporte deux fois le titre de Champion d’Italie entouré d’autres légendes comme Paolo Maldini, Franco Baresi ou encore Roberto Baggio. Mais le plus marquant dans l’aventure italienne de Mister George reste dans les esprits de tous les spectateurs du match de 1996 entre le Milan AC et le Hellas Vérone (4-1) où Weah remonte tout le terrain pour marquer un but d’anthologie qui restera dans l’histoire !

S’en suit ensuite un enchaînement de prêt en Angleterre d’abord à Chelsea puis à Manchester City avant de faire une pige en 2000-2001 à l’Olympique de Marseille pour terminer sa grande carrière à Al-jazira Club jusqu’en 2003.

En février 2000 né Timothy Weah, le 3ème enfant de George Weah.

Une relève bien assurée

Weah sous les couleurs de son pays de naissance, les USA. Crédit : Xalima.com

Il est âgé de tout juste 14 ans quand il quitte la New-York Red Bulls Academy pour rejoindre l’ancien club de son père, bien aidé il est vrai par ce dernier, et surtout très bien conseillé par son grand frère George Weah Junior passé par la réserve du PSG juste avant lui. Avant son arrivée dans la capitale française, il avait réalisé des tests à Chelsea puis un bref passage dans le centre de formation du Toulouse FC où il participe à l’un des tournois les plus réputés de sa catégorie : le tournoi sans frontières de Sens. Malgré ces tests et déplacements en Europe, Tim Weah n’avait qu’un club en tête, le Paris-Saint-Germain. Le club où son père s’est révélé à l’Europe et au Monde entier.
Mais il refuse toute comparaison avec Mister George. Plus polyvalent, il peut en plus de jouer 9, évoluer en second attaquant ou sur les ailes. Tim possède aussi certaines qualités que ne possédait pas le Ballon d’Or 1995 à savoir le jeu en profondeur et la polyvalence, ce qui l’émancipe de son père en tant que joueur à part entière. Son sens du déplacement est aussi très bon.

Mais rien n’est assuré au PSG

Même si le talent est là, encore faut-il pouvoir l’exprimer. Et au PSG, peu d’attaquant venant de la CFA ont brillé dans leur club formateur à l’image d’Hervin Ongenda, Jean-Christophe Bahebeck, Jean-Kévin Augustin, Kingsley Coman ou encore plus Odsonne Édouard. Mais malgré cela, ses ambitions pour 2018-2019 après une pré-saison plutôt convaincante sont humbles mais affichées comme me l’explique Nyto, le Président de l’Association des Titis du PSG :

Cette saison, Tim a pour ambition d’être le remplaçant attitré de Cavani (même si ça doit avant passer par un prêt) et espère clairement entrer dans la rotation de l’effectif comme Nkunku.

Mais on ne va pas se mentir, le PSG, devenu spécialiste pour recruter en masse des joueurs à très grosse réputation, laisse peu sa place aux jeunes. Timothy Weah devra se montrer convaincant si l’occasion se présente. À lui d’entrer en jeu pour par exemple remplacer Edinson Cavani, seule véritable pointe de poids du PSG.

En interne, le jeune Américain plaît déjà au staff et surtout à son entraîneur Thomas Tuchel qu’il a convaincu lors des matchs de pré-saison de cet été. En 2016, c’est lui qui lance une autre pépite nord-américaine, Christian Pulisic, au Borussia Dortmund. Alors pourquoi pas lancer maintenant Tim Weah ?

Pour être au niveau de la Ligue 1 et même de la Ligue des Champions, Weah va devoir s’améliorer dans la vitesse de transmission des ballons et devant le but. Déjà très fort techniquement, son expérience internationale avec les États-Unis ainsi que les entraînements avec les pros en club vont lui permettre de progresser correctement pour postuler à l’avenir à un statut plus élevé au fil des mois et années.