Triple vainqueur de l’épreuve de 2014 à 2016, le Basque (recruté pour faire avancer le Paris SG sur la scène européenne) détient avec Giovanni Trapattoni le record de victoires dans cette compétition. Aujourd’hui à Arsenal, son destin pourrait basculer encore plus haut.

Cette saison, c’est le retour au premier plan des clubs anglais en Coupe d’Europe. En Ligue des Champions, Liverpool et Tottenham se sont qualifiés pour le dernier carré. Manchester City et Manchester United sont tombés en quart de finale, tandis que Chelsea et Arsenal se retrouvent en bonne posture en Europa League pour atteindre les demi-finales. Les Gunners sont désormais coachés par Unai Emery, qui a déjà remporté trois fois cette C3 avec Séville, et qui va tenter la passe de quatre. Mais attention au faux-pas en terre napolitaine ce soir.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est img_580_380_center_articles-202649.jpg.
Unai Emery vainqueur de la Ligue Europa avec Séville en 2015 (crédit photo : SoFoot)

Un championnat brillant

Côté championnat, la succession d’Arsenal Wenger s’est déroulée sans accroc. Unai Emery a pris la place du Français et ses 22 saisons sur le banc des Gunners. À l’aune de clôturer sa première saison, Emery semble chez lui comme s’il était à Arsenal depuis déjà plusieurs saisons. Et pour cause, son équipe est toujours à la lutte pour la troisième place qu’ils se disputent avec Tottenham, Chelsea et Manchester United. À cinq matchs de la fin de la saison, les quatre clubs se tiennent en seulement trois points et le sprint final risque d’être épique. Tout est possible.

Après deux saisons sans Ligue des Champions, le club londonien vise la plus lucrative des compétitions, et pour cela, devra soit terminer dans les quatre premiers du championnat, soit remporter la Ligue Europa. Objectif lune.

Le classement de la Premier League au 18 avril 2019 (crédit photo : lequipe.fr)

Avec 64 buts en 33 matchs, Arsenal possède la troisième attaque de Premier League. Alexandre Lacazette et Pierre-Emerick Aubameyang ont marqué presque la moitié des buts des Gunners à eux deux (31 buts sur les 66).

L’Emirates Stadium est surtout resté pratiquement imprenable puisque Arsenal ne s’est incliné qu’une seule fois à domicile en 17 matchs de championnat. Et encore, c’était lors de la première journée face à Manchester City, une défaite inaugurale 0-2.

Une gestion de l’effectif optimale

Unai Emery a apporté un nouveau discours à Arsenal. Avec des joueurs de quatorze nationalités différentes, ce n’était pas gagné d’avance. Mais Unai Emery n’a pas mis longtemps à trouver ses marques dans le club du nord-est de Londres.

Le technicien espagnol a su gérer l’égo de chaque joueur dans le vestiaire et aura réussi à les convaincre d’adhérer à ses mises en place tactique et séances vidéos alors qu’il n’avait pas réussi à le faire au Paris SG. Une de ses tactiques spécifiques est la réalisation d’un pressing constant dès la perte de balle. C’est pour cela que Lucas Torreira et Matteo Guendouzi ont été recruté. Une complémentarité à merveille tout comme Granit Xhaka, déjà au club depuis 2016.

Redécouvrez notre portrait sur le jeune joueur français ainsi qu’une vidéo tactique !

Unai Emery a aussi demandé à ses joueurs de multiplier des passes, de prôner le jeu court et de faire circuler la balle. Avec des manieurs de ballon comme Mesut Özil, Henrikh Mkhitaryan ou encore Aaron Ramsey, c’est tout de suite plus fluide.
La participation des latéraux est aussi importante avec les deux espagnols Nacho Monreal et Hector Bellerin, Stephan Lichtsteiner voire Shkodran Mustafi et Sead Kolasinac.

Au lieu de les mettre en concurrence, Pierre-Emerick Aubameyang et Alexandre Lacazette ont été associé sur le front de l’attaque et s’entendent comme larron en foire. La complicité entre les deux anciens joueurs de Ligue 1 fait plaisir à voir.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2143272-Lacazette-et-Aubameyang.jpg.
Alexandre Lacazette et Pierre-Emerick Aubameyang forment un sacré duo (crédit photo : BeinSport)

Unai Emery n’a cependant pas hésité à se passer de joueur en méforme à certains moments de la saison comme Mesut Özil ou Henrikh Mkhitaryan. D’ailleurs, cela a bien aidé l’international allemand qui est revenu à un bon niveau en cette fin de saison. L’ancien entraîneur du Paris SG aura également su bien gérer le cas Aaron Ramsey. L’international gallois, qui n’a pas trouvé d’accord pour prolonger avec le club, partira libre à la Juventus en fin de saison mais reste mobilisé pour aligner des performances de haut niveau.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Europa-League-Aaron-Ramsey-Arsenal.jpg.
Aaron Ramsey veut partir sur une bonne note (crédit photo : The Himalayan Times)

Aaron Ramsey est au club depuis près de neuf ans et fut un exemple de fidélité. Le milieu relayeur pourra partir la tête haute quoiqu’il arrive, surtout s’il permet à son club de retrouver la Ligue des Champions à la fin de la saison. Unai Emery ne l’a pas brimé a contrario du cas Rabiot au PSG par exemple.

« Il a été énorme. Je pense qu’il veut réaliser quelque chose d’important avec nous. Ici, avec nos supporters, il nous a donné plus que ce dont il était capable, pas seulement individuellement mais en se montrant collectif. Il est tourné vers Arsenal, et Arsenal seulement »

Unai Emery en parlant d’Aaron Ramsey le 12 avril (Sky Sports)

Tous les joueurs sont mobilisés et la concurrence est saine. Résultat, les Gunners donnent tout sur le terrain et cela donne un football total et très plaisant, celui que réclamaient les fans d’Arsenal depuis plusieurs années que Wenger avait perdu. Depuis les « Wenger out ».

Une campagne européenne à succès

La saison passée, les joueurs de Wenger avaient terminé sixièmes de la Premier League, soit la plus mauvaise place en 22 saisons à Arsenal. Reversé en Ligue Europa, Arsenal était dans le chapeau 1 avec les plus grosses équipes comme Séville et Chelsea. Dans le groupe E avec le Sporting Portugal, Vorskla Poltava et Qarabağ, Arsenal n’a laissé aucune miette en terminant premier du groupe E. En seizième de finale, la team d’Emery concède cependant sa première défaite de la compétition contre le club biélorusse de Bate Borisov (1-0), mais remettra vite les pendules à l’heure en l’emportant 3-0 au match retour.

Au tour suivant, les Anglais se sont également fait peur en perdant 3-1 à Rennes pour finalement corriger le tir dans son stade avec une victoire nette et sans bavure 3-0 : le tarif habituel.

Arsenal reverse Rennes 3-0 (crédit vidéo : YouTube Elias HD)

En quart de finale contre Naples, Arsenal – toujours invaincu à domicile dans cette épreuve (5 victoires et 1 match nul) – a maitrisé son sujet avec une victoire 2-0 au match aller.

Arsenal remporte le match 2-0 face à Naples (crédit vidéo : YouTube Mix Video)

Pour le match retour, le club londonien devra se méfier des Napolitains qui seront survoltés dans leur stade bouillant du San Paolo. Là-bas, c’est irréel. Là-bas, c’est particulier. D’autant plus que les joueurs d’Unai Emery ont perdu leurs deux derniers matchs à l’extérieur lors des deux tours précédents. Warning.

Avec un avantage de deux buts à rien, ils ont toutes les cartes en main pour rejoindre le dernier carré et pour affronter Valence lui aussi en ballotage favorable avec sa victoire 3-1 à Villarreal. Valence, un club que connaît bien Unai Emery lui qui y a passé quatre saisons sur son banc entre 2008 et 2012 avant l’intermède Spartak Moscou.

Ce jeudi, Arsenal affrontera donc Naples pour ce match retour de folie. Un match qui promet une belle joute entre deux équipes avec deux styles différents. Le technicien espagnol de 46 ans espère bien prendre une seconde fois le dessus sur les joueurs de Carlo Ancelotti pour continuer sa route vers un possible quatrième sacre dans cette compétition. Dont il est maintenant l’expert !