Aujourd’hui, la plus grande compétition d’Afrique commence. L’Égypte, pays organisateur de la CAN, recevra le Zimbabwe pour le match d’ouverture à 22 heures.

Prévu pour se dérouler du 21 juin au 19 juillet 2019, ce tournoi se déroulera dans les rues égyptiennes, avec des scènes revigorantes de vendeurs de drapeaux, de chapeaux, de sifflets et de maquilleurs. Tout ce dont les fans de football ont besoin pour assister à un match. Tout ce qui est propre à la culture africaine. Un tel tournoi est non seulement un événement sportif important, mais aussi une occasion à impact social, économique et même politique.

Le match est déjà lancé sur les réseaux sociaux. (crédit Twitter : ubctvuganda)

L’Égypte, gagnant grâce à la compétition ?

Image associée
Le premier match de la CAN se jouera au Caire ! (crédit image : mosaïque fm)

La Coupe d’Afrique des Nations 2019, organisée par l’Egypte pour la première fois depuis 2006 qu’il avait remporté face à la Côte d’Ivoire, attirera beaucoup d’attention sur le pays et le monde arabe. Presque tous les championnats d’Europe sont terminés, les yeux seront tournés vers les joueurs africains professionnels qui jouent sur d’autres continents, et les entraîneurs à la recherche de bons joueurs seront également intéressés. De plus, et pour la première fois, le tournoi édition 2019 comptera 24 équipes. Avec toute l’attention internationale, ce tournoi constitue une opportunité de bénéficier à l’économie égyptienne.

L’objectif de l’Egypte : les trois points ! (crédit vidéo : Youtube France 24)

Les championnats nationaux sont la principale source de revenus des fédérations continentales. Le pays hôte reçoit 20% de tous les revenus générés par le tournoi auprès de l’Union africaine, notamment les billets, les retransmissions télévisées, les publicités sur le terrain et tous les gains de la fédération. D’autre part, le pays hôte cher à Mohamed Salah assumera tous les coûts liés aux équipes participantes, y compris les déplacements internes de l’équipe, des arbitres, du président de la CAF Ahmad Ahmad, de son comité exécutif et du secrétaire général.

Résultat de recherche d'images pour "president de la CAF"
Voici le président de la CAF : Ahmad Ahmad. (crédit image : DW)

Il ressort clairement de ce rapport que la part de l’Égypte ne dépassera pas des dizaines de millions de dollars, mais elle génère des recettes plus importantes telles que les dépenses touristiques des supporters et des équipes, la promotion touristique du pays hôte et les avantages ultérieures du développement de l’infrastructure sportive. On s’attend donc à ce que l’Egypte connaisse une hausse des revenus du tourisme, des occupations dans les hôtels, du commerce, de l’industrie et, bien entendu, le taux de chômage baisserait au cours de cette période en raison des emplois saisonniers et de l’artisanat.

L’Égypte a alloué environ 25 millions de dollars à l’organisation de ce tournoi continental mais le retour sur investissement direct de l’organisation du tournoi devrait dépasser de loin ce chiffre, selon Walid Gaballah, expert en législation économique à Egypt Today. Gaballah a déclaré que l’Egypte aurait le droit de retransmettre les matchs de la CAN sur les chaînes de télévision locales à un tarif très spécial ne dépassant pas 1 500 dollars.

« La Coupe d’Afrique des Nations est très importante dans le cadre du renouveau de l’Egypte dans le sport. »

Walid Gaballah

La CAN ? Pas seulement un événement sportif

Selon Amr Yousry Okasha, expert en investissements, l’organisation de la Coupe d’Afrique par l’Égypte n’est pas simplement un événement sportif, mais une opportunité unique qui contribuera de manière significative au développement de l’économie nationale et du tourisme.

Cette édition est très particulière pour le peuple Egyptien. (crédit vidéo : Youtube, France 24)

Okasha souligne également que l’arrivée en Égypte de fans des 24 équipes de différents pays entraînera le développement du tourisme égyptien et sa commercialisation dans le monde entier, ajoutant que les sites touristiques égyptiens n’ont pas été suffisamment commercialisés. « Il n’y a pas de ville comparable à Louxor dans le monde », explique-t-il dans une anecdote évoquant les nombreux monuments de la ville.

Comme leurs voisins maghrébins, le tourisme représente une part importante du PIB égyptien. Toujours selon Okasha, l’Egypte dispose d’un potentiel économique, touristique, technique et sportif qui n’a pas encore été exploité pour optimiser la commercialisation du tourisme national. Le gouvernement a même été sondé pour la création d’une carte organisant les opportunités économiques dans tous les gouvernorats, et pas seulement au Caire, à atteindre les plus grandes retombées économiques et commerciales du tourisme.

Khaled Al-Shafei, expert en économie et responsable du Centre d’études et de recherches économiques du Caire, a déclaré que la Coupe d’Afrique des Nations 2019 présentait de nombreuses retombées économiques positives dans l’attente d’un boom économique dans le secteur du tourisme.

Khaled Al-Shafei est confiant sur la plus-value qu’en la CAN suscitera ! (crédit image : Facebook)

Pour sa part, Atef Abdullatif, spécialiste en tourisme et association de voyageurs pour le tourisme et l’art, estime que le rendement de ce forum sportif serait d’au moins 1 000 dollars par participant. « À l’heure actuelle, toutes les circonstances profitent au secteur du tourisme en Égypte qui se redresse », a-t-il déclaré, espérant que les délégations se rendront en Égypte pour assister les matchs et remplir les stades.

L’industrie égyptienne, les grands vainqueurs de la CAN

Pendant ce temps, Shafei avait affirmé aux médias locaux que l’événement raviverait également un grand nombre de secteurs industriels au cours de cet événement important, notamment les usines de vêtements, de chaussures et de jouets.

Les enjeux de cette CAN sont très importantes pour l’Egypte. (crédit vidéo : Youtube France 24)

En effet, Shafei a exhorté les installations industrielles à tirer le maximum d’avantages de la CAN en augmentant la productivité et en employant la plus grande main-d’œuvre possible. Banderoles, écharpes, ballons et autres produits dérivés… tout y passe. Le succès de 2006 est encore dans les têtes des 100 millions d’égyptiens. Assurément, l’une des raisons pour promouvoir l’Égypte à l’étranger selon l’économiste, ajoutant que l’Égypte était revenue à la pointe du continent africain après le Printemps Arabe et le drame de Port Saïd en 2011.

Barakat Safa, vice-président des équipements de bureau à la Chambre de commerce du Caire, a déclaré : « Accueillir la Coupe d’Afrique des Nations aura un impact positif sur le marché commercial et améliorera le secteur ».

Ce dernier rajoute que l’ensemble de la communauté commerciale et de la plupart des secteurs assisteraient à une recrudescence des processus d’achat et de vente, soulignant que l’organisation de la CAN par l’Égypte constituait une bonne occasion de passer d’une zone à l’autre. Surtout après la récession de nombreux produits en raison d’un faible pouvoir d’achat des consommateurs locaux.

Le secteur de l’artisanat connaîtra une augmentation significative de la demande et une reprise en tant que premier secteur bénéficiaire, suivis par d’autres secteurs d’activités présentant un intérêt pour les visiteurs. Tels que la restauration, les boissons (Pepsi étant le partenaire principal des équipes et sélections africaines) et les destinations touristiques. Le secteur de l’artisanat fabrique des produits inspirés du football tels que les drapeaux de pays, les sifflets, les feux d’artifice, les chapeaux colorés…

De son côté, le directeur du Centre d’études économiques du Caire, Abdel Moneim El Sayed, a déclaré qu’il existait d’autres revenus liés aux sociétés de sécurité et aux gardes privés. Un nouveau personnel de sécurité sera nécessaire pour accompagner les équipes en déplacement, la formation et même leur hébergement à l’hôtel. Cela apportera une activité touristique dans les villes qui accueilleront le tournoi, en plus des 24 équipes, de leurs bus et même des restaurants, des réservations d’hôtel et des excursions pour diverses équipes sportives. Il faut bien les « occuper ».

Résultat de recherche d'images pour "Abdel Moneim El Sayed"
Voici Abdel Moneim El Sayed (crédit image : Egypt Today)

« C’est un bon investissement pour la création de sociétés, sociétés privées, actionnaires ou investisseurs, telles que des sociétés spécialisées dans l’organisation d’événements et d’expositions, des sociétés de transport de passagers, des services de tourisme et d’hôtellerie, et même des sociétés de sécurité et des centres d’hygiène » dit-il, ajoutant que l’Egypte devrait davantage investir dans l’événement en tant qu’outil de promotion du tourisme dans le pays à tous les niveaux.

Les favoris de la compétition

Oui, les spécialistes du football africain le savent très bien : l’Egypte et le Sénégal sont les grands favoris de ce tournoi. Cependant, nous ne pouvons pas mettre de côté la grosse équipe du Maroc qui ne fait que progresser d’année en année avec une génération exceptionnelle. De plus, leur sélectionneur Hervé Renard est un grand connaisseur de cette compétition avec deux succès avec la Zambie et la Côte d’Ivoire.

Résultat de recherche d'images pour "herve renard  can"
Hervé Renard connaît bien ce trophée. (crédit image : France Bleu)

Donc en soi, on ne peut pas savoir. Par exemple, en 2017, personne s’attendait à une victoire du Cameroun amputé de ses meilleurs joueurs comme André-Frank Zambo-Anguissa resté à l’OM. Cependant, il faut faire très attention aussi aux habituels épouvantails, le Ghana et le Nigéria, qui joueront un rôle très important lors de cette compétition même s’ils ne sont pas stables ces derniers mois.

Pour finir, nous pouvons aussi citer l’Algérie avec leur jeune entraîneur Djamel Belmadi. Les joueurs algériens ont sorti une grosse saison dans leur équipe respectives. Nous pensons directement à Riyad Mahrez (Manchester City) ou Sofiane Feghouli, grand acteur de Galatasaray pour le titre de champion. Toutes ses équipes ont leurs chances !

Voici une petite présentation de la CAN ! (crédit vidéo : Youtube, CAN 2019)

À vrai dire, l’abandon du Cameroun à l’organisation de cette CAN est clairement à l’avantage du pays de Mohamed Salah et Mohamed Elneny que ça soit dans le plan économique, politique ou encore financier. Maintenant, sans aucun doute, le plus grand souhait du peuple des pharaons est de gagner cette CAN à la maison, la huitième de leur histoire. Mais aussi que la population profite également de ses bienfaits pour le futur.