La nouvelle est passée quelque peu inaperçue mais le FC Porto est devenue champion d’Europe. Vainqueurs le mois dernier de la Ligue des Champions mais en catégories jeunes, les bleus et blanc ont fait étalage de tout leur talent. Une démarche à suivre pour le club ?

En cette période de fin de championnats et de remises de trophées, Porto a réussi une performance de choix. L’équipe des juniors du club a remporté fin avril face à Chelsea (3-1) l’UEFA Youth League, équivalent de la Ligue des Champions des jeunes. Dans ses rangs, quelques pépites et peut-être une stratégie locale davantage envisageable.

La relève du F.C. Porto (Crédit photo : Sapo)

Porto, une saison charnière

Cette saison en Liga NOS, le championnat portugais offre de nouvelles perspectives et des matchs au couteau. Le futur champion aura bien mérité son titre (comme en Premier League) aussi bien pour le Benfica Lisbonne que pour le FC Porto. Cependant, pour les hommes de Sergio Conceição, engagés dans une lutte sans merci, il sera difficile de remporter la mise cette fois.

À une journée de la fin et avec deux points de retard sur le leader rouge, ils devront compter sur un faux-pas de leurs rivaux. Cette saison semble donc être celle d’une transition pour une équipe qui devra se renouveler dans les grandes largeurs. Une quasi-obligation tant certains joueurs sont convoités et pourront rapporter gros, tradition oblige.

Sergio Conceição réfléchit à la saison prochaine (Crédit photo : O Jogo)

Pourtant, s’il est difficile de dire quel sera le visage de l’effectif la saison prochaine, des départs sont déjà programmés. Entre celui acté du défenseur central-arrière droit brésilien Eder Militão au Real Madrid. Sans compter les autres brésiliens Felipe ou Alex Telles en tête de liste, beaucoup de joueurs sont concernés.

Un cadre international affirmé

C’est une évidence lorsque l’on se plonge dans l’histoire du FC Porto depuis une bonne trentaine d’années. La grande expérience dans les transferts du club de l’omniprésent Jorge Nuno Pinto da Costa. Celui-ci s’étant fait une spécialité de trouver des jeunes pépites étrangères grâce à un réseau exceptionnel de recruteurs.

Qu’ils soient Brésiliens (Mario Jardel, Hulk, Militão, Telles), Colombiens (Falcao, James Rodriguez), Argentins (Lisandro Lopez, Lucho González) ou encore Africains (Moussa Marega, Vincent Aboubakar) n’a pas d’importance. Le savoir-faire du club du nord n’est plus à prouver depuis des décennies. Une capacité d’anticipation exceptionnelle, un vrai flair pour dénicher les pépites à polir et un cadre offrant du temps du jeu à tous.

Bref, une stratégie permettant de mieux appréhender les réalités économiques et financières lorsque son bassin national n’est pas extensible. Cependant, ces dernières années, le club de Tiquinho Soares semblait se tourner vers l’international, la donne pourrait quelque changer d’ici peu.

La Youth League, changement de stratégie ?

Dans cette optique, le premier titre en Youth League pour Porto semble être une bonne opportunité pour intégrer ces Espoirs. En effet, les « Dragons » ont réussi une remarquable performance en s’imposant dans l’équivalent dans cette Ligue des Champions jeunes. Matchs maîtrisés, scores fleuves et quelques joueurs à suivre pour le futur et à des postes clés.

Le F.C. Porto vainqueur pour la première fois de la Youth League (Crédit vidéo : Youtube – FC Porto)

En ce sens, cinq joueurs en sont sortis et à des postes stratégiques où certains pourraient combler le manque de profondeur chez les A de Porto. Gardien de but, défenseurs centraux, milieu offensif ou attaquant, ces joueurs représentent un capital intéressant. Dans une équipe habituée au « trading », ce retour aux sources pourraient être bénéfiques à plus d’un titre. En suivant, pourquoi pas, l’exemple actuel du Benfica et de ses jeunes pousses João Félix, Rúben Dias ou Francisco Ferro ?

Une défense de Diogo de feu

Ils se nomment tous les trois Diogo et sont aux arrières postes de l’effectif du FCP-jeune. L’un gardien de but de son état et les deux autres défenseurs centraux. Trois jeunes hommes bien sous tous rapports nés en 1999 et qui sont à des postes où un fort besoin se fait sentir au club.

Diogo Costa, un gardien d’avenir ? (Crédit photo : Record)

Surtout, trois talents en devenir et qui semblent être complémentaires avec notamment Diogo Costa, le gardien de but. Le jeune homme, né en Suisse, a également été le plus précoce de la bande à intégrer la rotation du FC Porto. Malgré lui certes dans la mesure où il est, depuis deux rencontres, la doublure du nouveau titulaire, le Brésilien Vaná Alves lui-même ayant repris le flambeau après l’infarctus du titulaire espagnol Iker Casillas il y a deux semaines.

Diogo Costa en action (Crédit vidéo : Youtube – Elnino gamer)

Un garçon qui semble être enfin le gardien national que le club attend depuis un certain Vítor Baía. Un bail pour un Porto davantage habitué aux gardiens étrangers tels que Helton da Silva le Brésilien ou Casillas donc dernièrement. Un retour aux sources salvateur qui serait accueilli avec joie par la sélection portugaise dans les années à venir.

Queirós/Leite, une doublette à suivre

Consécutivement à Costa, les deux autres Diogo ne sont pas en reste et sont les archétypes même des défenseurs modernes et complémentaires. L’un Diogo Queirós est blond, droitier, capitaine de son équipe avec un style noble et élégant. Quand l’autre, Diogo Leite, son compère de l’axe est un brun et gaucher mais rugueux et agressif. Un duo d’enfer et potentiellement prometteur en reprenant le flambeau du mythique Jorge Costa.

Les deux Diogo (Leite à gauche et Queirós à droite) heureux de prendre la relève ? (Crédit photo : HITC)

Deux joueurs en tout cas d’ores et déjà convoités par les plus grands clubs et un charisme naissant pour Queirós. Un futur en équipe A ? À suivre dans l’optique des départs de Militão voire Felipe, sans compter le poids des ans pour l’international portugais Pepe (36 ans)…

« Nous sommes très heureux et fiers d’avoir apporté ce titre au club pour la première fois ainsi qu’à notre pays. Cette réception a été exceptionnelle et nous sommes très heureux d’avoir reçu cet accueil. Cela doit nous permettre d’être encore plus motivés pour continuer sur ce chemin et gagner encore davantage de trophées. Avec cette victoire, nous tenons à souligner la valorisation de la formation au F.C. Porto et au Portugal. Nous avons beaucoup de qualités et voulons jouer au niveau professionnel »

Diogo Queirós, tout d’un grand (Maisfutebol)

Romário Baró et Fábio Silva, une paire de buteurs

La Youth League a également révélé une doublette d’une efficacité redoutable et un poison permanent pour les défenses. Leurs patronymes (Romario et Silva) évoquent pour l’un le football des années 90 avec un autre buteur de renom, celui de Romario le Brésilien. Pour l’autre, un des champions portugais (Bernardo) de ces dernières saisons et une gloire nationale au pays de Pessoa collectionnant les titres.

Un âge également précoce puisque Romário Baró (19 ans) et Fábio Silva (16 ans) ont à peine 35 ans à eux deux et des coupes de cheveux très ancien monde. Cependant, il ne faut pas s’y méprendre, de l’or coule sous leurs pieds.

Baró, le nouveau Romário ?

Romário international U19 portugais et originaire de Guinée-Bissau, une des anciennes colonies portugaises est un milieu offensif très attiré par le but. En témoigne ces statistiques en Youth League puisqu’il a grandement contribué – avec six buts et quatre passes décisives – à l’obtention du titre.

Romário Baró, un milieu qui a du cran (Crédit vidéo: Youtube – Este é Craque da Bola)

Mobile et utilisant ses deux pieds, il est capable de fulgurance et d’accélération exceptionnelles donnant le tournis aux défenses. Un numéro 10 moderne et démontrant sa qualité de jeu au service du collectif. Bref, un joueur idéal dans une rotation par sa maîtrise des situations et les opportunités qu’il se crée.

Romário Baró, quelle élégance à la Seedorf (Crédit photo : Record)

Pour faire bonne mesure, Porto tient là un élément intéressant dans la construction et pouvant apporter cette variété qui lui a fait défaut cette saison. Romário Baró pourrait réellement être capable d’être un joueur de complément dans un premier temps et son talent n’en serait que plus valorisé.

Fábio Silva, le nouveau Silva

Décidément, il fait bon s’appeler Silva dans le football d’aujourd’hui. Le dernier joueur de cette pépinière n’a que 16 ans, une coupe de cheveux oscillant entre Carles Puyol, le mythique défenseur catalan du FC Barcelone, ou le Brésilien de Chelsea David Luiz. Cependant, malgré son jeune âge et derrière ses coéquipiers de 20 ans, Silva a lui aussi illuminé la compétition de tout son talent.

Encore un autre Silva talentueux (Crédit vidéo : Youtube – SportVideosMM)

Une destinée à la João Félix puisque le jeune homme a fait le chemin inverse en passant du Benfica à Porto ! Auteur en Youth League de cinq buts et quatre passes décisives, buteur, passeur et véloce, Silva semble être parti pour devenir un renard des surfaces affirmé.

Fábio Silva, un João Félix inversé ? (Crédit photo : A Bola)

Patience et travail = performance

Fábio Silva prouve que la valeur n’attend pas le nombre des années et possède ce petit plus qui pourra l’envoyer plus haut. En rejoignant potentiellement parlant un autre Silva (Bernardo donc) au firmament du football portugais dans les prochaines années ? L’avenir s’annonce rose pour ce gamin prometteur et à suivre de plus près, les recruteurs étant déjà sur lui.

S’il est prématuré de tirer des plans sur la comète, ce titre conquis par Porto est donc une excellente nouvelle à tous les niveaux. C’est la preuve éclatante que le football portugais est performant pour la formation. Cette nouvelle serait excellente pour le football portugais et aurait un attrait majeur sur la Liga NOS, permettant au FC Porto de revenir à ses fondamentaux en engrangeant les fruits de son investissement, peut-être même plus vite que prévu. Seul l’avenir nous le dira, un avenir qui s’annonce doré et prometteur à plus d’un titre.