Dans un rapport publié le 30 janvier dernier, la chambre des communes anglaise a délivré un rapport sur le Safe Standing dans le monde du football britannique. Au sein de ce dossier, on y retrouve la vision actuelle des tribunes et des supporters dans le football, ainsi que le futur, avec peut-être une légalisation des tribunes debout, comme c’est déjà le cas en Allemagne.

Le mur jaune de Dortmund, le mur bleu de Schalke ou encore le mur rouge du Bayern Munich. Qui n’a jamais rêvé d’assister à un match en Allemagne, ne serait-ce que pour l’ambiance ? Quel est le point commun entre ces trois stades mythiques que sont le Westfalenstadion, la Veltins Arena et l’Allianz Arena ? Il s’agit de leur tribune debout, avec le Safe Standing, comme l’appelle nos voisins d’outre-Manche. Ces rambardes de sécurité dispersée de part et d’autres de la tribune active afin d’éviter les mouvements de foule tout en gardant une ambiance des plus festives. En ce début 2019, le monde du football, plus particulièrement en Angleterre, est-il enfin sur le point de changer sa vision des choses, ou tout du moins d’ouvrir un dialogue ?

À l’origine, des tribunes assises

Il fut un temps, pas si lointain, où les supporters anglais étaient libres, debouts dans les gradins, à supporter leur équipe pendant tout le match. Si aujourd’hui encore, la majorité des supporters des stades anglais sont debout (Liverpool, Chelsea etc…), ce n’est plus pareil qu’auparavant. Un événement, un des plus grands drame de l’histoire du football, fut à l’origine de l’obligation de la mise en place des tribunes assises en Angleterre.

Le 15 avril 1989, le Nottingham Forest de Brian Clough reçoit Liverpool. Hillsborough est à guichet fermés pour cette demi-finale de FA Cup. Les supporters des Reds de Liverpool prennent place dans la tribune visiteur qui, à l’époque, ne comportait pas de place assise. En raison de l’hooliganisme qui sévissait particulièrement en Angleterre à l’époque, des grilles avaient été mises en place devant la tribune afin d’empêcher les envahissements de terrain et les jets de projectiles. Suite à des embouteillages, les supporters de Liverpool n’arrivent qu’un quart d’heure avant le coup d’envoi de la rencontre. La police décide alors d’ouvrir une porte initialement réservée pour la sortie, et qui mène au parcage central, déjà plein. Suite à un mouvement de foule, les supporters sont asphyxiés, étouffés et écrasés sur les grilles. Au total, cette tragédie causa la perte de quatre-vingt-seize personnes.

L’hommage rendu aux supporters du monde entier après la tragédie d’Hillsborough, qui mit un terme aux tribunes debout (crédit photo : channel4)

Ce n’est que cinq longues années plus tard que le 1989 Supporters Act est signé par le gouvernement. En quoi consiste cette loi ? Elle oblige tout simplement à ce que l’intégralité des clubs de Premier League et Championship possèdent un stade avec 100% de places assises. En ce qui concerne les clubs promus en Championship, ces derniers disposent de trois ans pour adapter leur stade, et ce même s’ils sont relégués avant ces trois ans. Cette mesure s’applique à l’ensemble des clubs anglais et gallois évoluant dans des compétitions anglaises. Ainsi, depuis maintenant vingt-cinq ans, c’est un total de soixante-douze stades qui ont été rénovés suite à cette loi.

Vers un retour aux sources ?

Ces derniers mois, de nombreux facteurs ont amené la Chambre des Communes anglaise à se repencher sur le dossier et ainsi à livrer ce rapport. Tout d’abord, la principale raison est la propagation de ces tribunes debout à travers l’Europe. Si ce phénomène est déjà connu en Allemagne (Hanovre, Dortmund, Wolfsburg, Schalke…), il s’exporte également en France. En effet, à la rentrée de l’exercice 2018-2019, la Ligue de Football Professionnel a mis en place une tribune debout au Stade Bollaert de Lens ainsi qu’au Stade de la Licorne d’Amiens. Celles ci sont toujours en place à l’heure actuelle, preuve de leur fiabilité.

L’expérimentation de ces tribunes commence à faire son trou (Crédit Twitter : @PoliceNationale)

En Angleterre, les avis divergent en ce qui concerne les clubs. En septembre 2018, Shrewsbury est devenu le premier club (depuis 1994) à instaurer une tribune debout d’une capacité de six cents places. Un grand pas en avant pour l’évolution des tribunes debout qui se voit toutefois confrontés avec l’avis de certains mastodontes de Premier League.

C’est le cas de West Ham United. Dans le contrat du supporter pour cette saison 2018-2019, le club s’est permis de renvoyer tout supporter qui resterait debout durant le match… Enfin, en avril 2018, West Bromwich Albion avait fait une demande pour intégrer un bloc de rail pour une tribune debout. Cette demande fut catégoriquement refusée. Pendant ce temps, en Ecosse, le Celtic Glasgow est devenu le premier club britannique a rénover son stade en passant de tribune assise à debout. Avec le système des rails, que l’on connait en Allemagne, c’est plus de deux milles places debout qui ont été mis en place par le club.

Ainsi, comment aborder cette question des tribunes debout sans savoir ce que pensent les principaux concernés, les supporters ?

Bien évidemment, les supporters sont totalement pour la mise en place des tribunes debout. Certains d’entres eux ont même créé la Fédération des supporters de football. Cela a pour objectif de persuader le gouvernement et les autorités footballistiques d’accepter de revoir leur vision. Une étude a d’ailleurs été menée auprès des clubs de Football League. Avec un total de trente trois mille réponses, on estime que 69% des Anglais serait en faveur de cette réforme.


Shrewsbury est devenu le premier club anglais et gallois à obtenir une partie de tribune debout. (crédit photo : Shropshire Star)

Le dossier concernant les tribunes debout en Angleterre est donc loin d’être conclu. Les recherches et les efforts doivent néanmoins être félicitées, comme l’a récemment fait Shrewsbury. C’est un immense pas en avant que vient de réaliser le board anglais. Désormais, nul doute que la question sera de nouveau posée en ce qui concerne les clubs de Premier League et Championship.