En commençant la saison 2018 sans première victoire avant un mois et demi de compétition, on ne donnait pas cher de la peau de DC United pour une éventuelle qualification en Playoffs en fin d’année. Puis Wayne Rooney est passé par là. Récit d’une renaissance.

Mythique club de la capitale des États-Unis et équipe la plus titrée (4) de la MLS après LA Galaxy et ses cinq trophées, c’est un petit Anglais du nom de Rooney qui est venu faire renaître un DC United en totale perdition avant son arrivée outre-Atlantique.

Des débuts chaotiques

Ils étaient prévenus, le début de saison allait être compliqué ! Un stade en construction et 12 matchs sur 14 joués en déplacement, il faut avoir les reins solides pour ne pas sombrer surtout lorsque la saison 2017 s’est terminée à une piteuse 11ème et dernière place de la Conférence Est.

Seulement voilà, malgré un mercato plutôt intéressant avec les arrivées d’Arriola, Brillant ou encore Mattocks, les Black-and-Red ne remontent pas la pente entamée la saison précédente. Dimanche 4 mars 2018, c’est le début de saison officiel de DC United qui se déplace à Orlando City ! On s’est dit alors après l’ouverture du score de Yamil Asad que leur saison était lancée. Mais c’était sans compter sur l’égalisation de Pinho dans le temps additionnel tandis que les locaux évoluaient à 10 contre 11 depuis la 41ème minute. Et là, c’est le début du psychodrame ! Les 4 matchs suivants se sont soldés par un autre nul et surtout 3 défaites. Il faudra attendre le 15 avril pour enfin les voir remporter leurs trois premiers points (1-0 face à Columbus Crew alors en plein trou d’air).

Du fait de leurs nombreux matchs à l’extérieur, ils n’ont ainsi joué que 14 rencontres sur 19 possibles jusqu’à début juillet. Le bilan est alors sans appel : 7 défaites, 5 matchs nuls pour seulement 2 victoires au compteur et une 11ème et dernière place au classement à l’Est. Comme la saison dernière …

Classement de DC United avant l’arrivée de Wayne Rooney.

Durant le mois de mai, l’entraîneur Ben Olsen annonce dans les colonnes de la BBC un intérêt certain pour Wayne Rooney, alors en difficulté dans son club formateur d’Everton.

Il y a un intérêt pour Wayne Rooney de notre côté et je pense qu’il y a aussi un intérêt de sa part.

Le 28 juin, le club annonce l’arrivée de la star anglaise aux 670 matchs et 279 buts avec Everton et Manchester United. Sans le savoir ou presque, DC United amorce sa rédemption.

Les tournants de la saison : l’Audi Field et Rooney

Dès son arrivée, l’ancien international anglais (119 capes) affiche ses ambitions avec le club de la capitale à travers une vidéo :

Le timing était parfait. L’histoire était belle. Tout était réuni pour que ce match soit une fête à Washington ! Inauguré le 9 juillet 2018, l’Audi Field accueille Vancouver Whitecaps pour leur premier vrai match à domicile. Capable d’accueillir 20.000 spectateurs, ce stade flambant neuf est vite à guichets fermés pour son match inaugural mais aussi pour assister aux premiers pas de Rooney sous ses nouvelles couleurs. Après le premier but de la saison 2018 marqué par Yamil Asad, le jeune Argentin a offert ce soir-là le premier but de l’histoire de l’Audi Field. Menant 1-0, Ben Olsen fait alors rentrer sa nouvelle star à l’heure de jeu.

La suite ? Il est impliqué dans les deux autres buts de son équipe et s’est même offert sa première passe décisive en Major League Soccer. Jouant en une touche, il a su se montrer dangereux et opportuniste à de nombreuses reprises. Voici les images de ses débuts :

Par la suite, le constat est sans appel. En quatorze matchs, DC United aura remporté sept pour trois matchs nuls et quatre défaites. Seulement, ces quatre défaites sont à relativiser car trois d’entre elles ont été contre Atlanta United et New-York Red Bulls par deux fois. Celle contre Philadelphia Union (0-2) était un accident face à un concurrent direct dans la course aux Playoffs.

Car oui, depuis cette victoire fondatrice contre l’équipe de Davies, celle de Wayne Rooney enfile les points comme des perles et rien ne semble les arrêter ! Mieux, depuis que la franchise de Washington joue leur grand nombre de matchs à domicile, c’est là qu’ils ramassent le plus de points depuis mi-juillet : 11 matchs, 8 victoires et seulement 2 défaites. Pour résumé, depuis l’arrivée de Wayne Rooney en MLS, DC United est l’équipe qui a amassé le plus de points !

Classement MLS 2018 de la 19ème à la 31ème journée.

No Wayne, no gain !

« No Wayne No Gain » tel était le slogan de DC United à l’arrivée de l’ancien Mancunien et effectivement, l’équipe semble s’être mise au diapason de son nouveau capitaine. Influent sur et en dehors du rectangle vert, il l’est ! Et malgré son âge avancé (33 ans, le 24 octobre prochain), il ne s’économise pas sur le terrain.

Rooney est influent dans tout le camp adverse, et même dans son propre camp !

Au total, Wayne Rooney brille et fait briller au point d’avoir fait gagné 14 points à son équipe depuis son arrivée ! Ses statistiques sont folles, digne d’un Didier Drogba à son arrivée à l’Impact Montréal en 2015. Digne d’un bon capitaine, il montre l’exemple et fait se surpasser ses coéquipiers au service du collectif et du club en vue d’un seul et même objectif commun : les Playoffs de la saison 2018 de la MLS ! Cet état d’esprit a été parfaitement illustré lors du match le plus important de la saison contre l’Impact Montreal dans la lutte pour la 6ème et dernière place qualificative.

Et pour couronner le tout, il rend ses coéquipiers meilleurs comme Luciano Acosta. La complémentarité entre l’Argentin et l’Anglais n’est plus à prouver ! Depuis qu’ils jouent ensemble, Acosta a inscrit 8 buts et délivré 8 passes décisives. Rien que ça …

Performances de Rooney depuis son arrivée.

Le précédent : Drogba à l’Impact Montréal

Arrivé en MLS en août 2015 alors que son club était 6ème de la Conférence Est, la légende Ivoirienne Didier Drogba débarque de Chelsea pour le club canadien de l’Impact Montreal. Après 11 matchs disputés, il marque 11 buts et délivre une passe décisive permettant ainsi à son club de finir 3ème de la saison régulière et atteindre même les 1/4 de finale des Playoffs. L’année suivante et malgré des blessures récurrentes, il inscrit 10 buts pour 4 passes décisives après 22 matchs emmenant même son équipe jusqu’en finale de Conférence Est, perdue contre Toronto FC.

Pour finir, voici l’action qui démontre tout le bien que Rooney fait à DC United. Abnégation, lucidité, précision, hargne … il y a tout dedans ! Oui, Wayne Rooney fait du bien à tout le monde.