La série phare « Willkommen à » est de retour chez Fussball Meister et débarque sur Weeplay ! Focus sur Leipzig.

Ayant pour objectif de mettre en valeur les villes et stades se cachant derrière les clubs de Bundesliga, 2.Bundesliga, 3.Liga ou encore Regionalliga (D4), tous les lundis nous vous proposons un sondage sur le twitter de Fussball Meister pour que VOUS décidiez de notre destination de la semaine. Nous vous avions laissé le choix entre Halle, Rostock, Fribourg ou Leizpig et c’est ce dernier que vous avez choisi de découvrir cette semaine !

Présentation

Leipzig est appelé « Le nouveau Berlin » de part sa modernité et son nombre croissant d’étudiants. Situé à l’est du pays dans le Bundesländer du Sachsen (tout comme Aue), la ville comptabilise 581 980 habitants ce qui en fait la plus grande de la région devant Dresde, Halle, Erfurt etc…

Maintenant que les présentations sont faites, voici les choses à voir avant un match à Leizpig !

Centre ville

Les habitués de la série le savent, dans chaque ville allemande il faut absolument aller voir la Rathaus (Mairie). À Leipzig, il y en a deux ! l’Alte Rathaus (ancienne mairie) qu’il ne faut pas rater. Situé sur la Makrtplatz, la place du marché, l’ancienne mairie accueille aujourd’hui le musée de la ville. Leipzig contient aussi la Neues Rathaus (nouvelle mairie), siège de la municipalité depuis 1905.

Le centre ville historique de Leipzig est jonché de restaurants, musées et petites rues. C’est le charme de la ville saxonne. Un style baroque qui se retrouve également à Dresden et qui est inspiré de l’Italie, notamment Florence. Dans ce centre ville, nous retrouvons également deux magnifiques églises. Celle de Saint-Nicolas, inspirée des bâtisses françaises, et celle de Saint-Thomas qui est plutôt dans un style gothique.

À l’est du centre se trouve la Hauptbanhof (gare centrale). Elle est particulièrement jolie et centralise tous les tramways, qui sont extrêmement nombreux, et renferme une galerie commerciale.

Face à elle se situe un parc d’où arrivent les bus nationaux et internationaux. Collé au parc vous aurez la Augstplatz avec le magnifique opéra de Leipzig. De quoi faire de belles photos pour vos comptes Instagram !

L’Augustplatz de Leipzig, place animé où se mêle étudiants et touristes. (Crédit photo :
Veranstaltungskalender Leipzig)

La RedBull Arena

À Leizpig, il y a trois clubs majeurs. Si à l’époque cela se jouait entre le Lokomotive, le Chemie et le Vfb Leipzig, le dernier a disparu en 2004 et s’est vu remplacé en 2009 par la création du RasenBallsport Leipzig. Ce dernier évolue dans le Zentralstadion renommé en Red Bull Arena. Pour se rendre au stade du RB Leipzig, vous aurez le choix entre 3 lignes de trams (je ne rigolais pas quand je disais qu’il y avait énormément de tramway à Leipzig). C’est donc depuis la gare centrale que vous pourrez prendre la ligne 3, 7 ou 15 et vous arrêter à l’arrêt « Sportforum Süd ». Le stade est juste en face de l’arrêt, il faudra traverser un petit parc et vous arriverez dans l’énorme Red Bull Arena.

Mais c’est quoi ce Red Bull Arena ? Construit entre 2000 et 2004 sur le site de l’ancien Zentralstadion (100 000 places) pour les biens de la Coupe du Monde 2006, l’actuel Red Bull Arena avait coûté à l’époque 90 millions d’euros à la ville de Leipzig ! Le stade est beaucoup plus modeste que son prédecesseur et ne compte « que » 43 000 places.

Sans club fixe depuis sa (jeune) création, malgré une tentative du FC Sachsen Leipzig qui a échoué par manque de moyens financiers et d’affluence, c’est en 2010 que l’an firme Red Bull débarqua pour créer son club et acheter le naming pour une période de 30 ans.

Pour la petite anecdote, suite aux bons résultats du RB Leipzig en Bundesliga et Europa League la saison dernière, Red Bull a récemment chercher à construire un nouveau stade plus moderne et plus grand, mais la ville a refusé catégoriquement. Cependant des négociations sont en cours afin de vendre le Zentralstadion à la marque de boissons énergisante qui aurait donc la possibilité de moderniser le stade.

Les anciennes tribunes du Zentralstadion sont encore visible bien que la nature ait repris le dessus. (Crédit photo : MDR Deutschland)

Le Bruno-Plache-Stadion, l’autre Leipzig

Car il n’y a pas que le RBL, car c’est bien aussi d’aller voir des matchs dans des stades et divisions plus modestes, car en Allemagne tout a une histoire incroyable, voici le Bruno-Plache-Stadion.

Accessible avec la ligne 15 du Tramway direction « Probstheida/Meusdorf », vous descendrez à l’arrêt « Probstheida ». De là vous aurez une petite rue à traverser et le stade sera devant vous. Ce petit stade de 10 900 places accueille le 1.FC Lokomotive Leipzig. Mais comme dit ci-dessus, ce stade a une histoire incroyable.

Inauguré en août 1922, le « Probstheidaer Stadion », comme l’appelaient les fans du VfB Leipzig, faisait une capacité de 50 000 personnes. C’est par cette affluence totalement gigantesque pour l’époque que se joua le match d’nauguration entre le Vfb et le Hamburger SV (2-3). Pendant les premières années, ce fut le plus grand stade de football d’Allemagne. En 1932, une tribune latéral en bois vu le jour, elle n’a pas bougé depuis, toujours là malgré les années passés. Le VfB Leipzig était l’un des plus grand clubs allemands et c’est au Bruno-Plache-Stadion que le club a notamment connu le sacre de champion international en 1952 face au IFK Norköpping (Suède). Plusieurs matchs de Coupe d’Europe ont également eu lieu à Probstheider, notamment face aux Girondins de Bordeaux et au Werder Brême en 1983. Pour des raisons de sécurité, des travaux ont dû être effectué entre 1992 et 1996 et l’écrin s’est retrouvé avec une nouvelle capacité de 15 000 places. Depuis 2004, le VfB Leipzig n’existe plus, le 1.FC Lokomotive Leipzig a pris le relai et y joue tous ses matchs de championnat depuis. À l’heure actuelle, le stade est un peu délabré et la capacité a été réduite à 10 000 personnes maximum.

Le 1.FC Lokomotive Leipzig joue en Regionnaliga Nordost (D4). Il est donc possible d’assister à des matchs incroyables face à d’anciennes gloires du football est-allemand comme le BFC Dynamo, Chemnitzer FC ou Rot Weiss Erfurt ! Les billets coûtent entre 5 et 9 euros pour le kop et entre 16 et 21 euros pour la fameuse tribune en bois de 1932.

La fameuse tribune en bois qui n’a pas bougé d’un poil (si ce n’est la peinture) depuis 1932 ! (Crédit photo : TripAdvisor)

Le Alfred Kunz Sportpark, patrimoine historique

Et voilà le stade où se trouve la meilleure ambiance de Leipzig. De loin, très loin.

Tout d’abord, commençons par l’accès au stade. C’est avec la ligne de tram 7 que l’on se rend au Sportpark. L’arrêt se nomme « S-Bahnof Leutzsch ». Un bus s’y rend également, il s’agit du bus 80 direction « Plagwitz/Lausen » et il faudra descendre à l’arrêt « Am Sportpark ».

Pour la petite histoire, le stade – inauguré en 1920 – s’est fait renommé de 1949 à 1992 en tant que « Goerge Schwarz Sportpark ». Goerge Schwarz était un homme politique allemand et combattant/résistant contre le National socialisme (Nazis). Le stade porte actuellement le nom d’un entraîneur glorieux du BSG Chemie Leipzig. Comme pour le Bruno-Plache-Stadion, le Alfred Kunz Sportpark a connu son époque glorieuse avec le Chemie Leipzig.

C’est dans les années 50/60 que les bons résultats s’enchaînèrent avec un titre de champion de DDR remporté à la surprise générale en 1964 ainsi qu’une victoire en finale de coupe d’Allemagne de l’Est en 1967 ! C’est également cette année-là, dans ce stade, que la toute première clôture érigée devant une tribune voit le jour en Allemagne.

Actuellement, le stade enregistre une capacité de 5 000 places en Oberliga (D5) mais malgré l’affluence, le Alfred-Kunz est un vrai chaudron. Les ultras du Chemie Leipzig sont connus pour leur ambiance et magnifique tifos !

L’ambiance électrique du derby face au 1.FC Lokomotive Leipzig la saison dernière en Regionalliga Nordost. (Crédit vidéo : Kurven Des Ostens)

Tout cela aurait pu s’arrêter en 2016 lorsque le stade avait un besoin urgent de rénovation sous peine d’être fermé et détruit. Le BSG Chemie Leipzig évoluant désormais dans les divisions semi-pro, le club n’avait pas l’argent nécessaire. Un match amical fut donc organisé avec l’équipe l’Eintracht Francfort, équipe évoluant en Bundesliga. Ces derniers laissèrent l’intégralité des recettes au Chemie afin de pouvoir rénover le stade. Un chèque de 10 000 euros fut même remis avant le match par Axel Hellman, membre du conseil d’administration de l’Eintracht.

Pour voir les superbes animations des supporters du Chemie Leipzig il vous faudra débourser entre 6 et 16 euros. (Crédit photo : BSG Chemie Leipzig)

Vous avez désormais assez d’informations pour aller voir un match à Leipzig ! Rendez-vous le lundi 11 février sur le twitter de Fussball Meister et Weeplay pour choisir votre prochaine destination. L’Allemagne, ça vous gagne.