148. C’est le nombre de buts que Chris Wondolowski a inscrit en MLS suite à son quadruplé du week-end dernier. Ce total fait de lui le meilleur scoreur de l’histoire de la ligue, 3 buts devant la légende Landon Donovan.

Cette performance en dit long sur l’homme, un joueur fidèle à un club, les San José Earthquakes. Retraçons l’évolution parallèle de la franchise Californienne et de Wondo le buteur.

Le destin d’un buteur

Le samedi 18 mai 2019, il est un peu plus de 17h30 à la Avaya Stadium de San José. C’est à cet instant que Chris Wondolowski rentre dans la légende de la MLS en inscrivant son 146ème buts dans cette compétition. Il dépasse ainsi d’une unité Landon Donovan. La fin du match s’annonce radieuse car l’attaquant Californien va réaliser un quadruplé devant plus de 15 000 spectateurs aux anges. Les Quakes remportent ce match qui les oppose à Chicago 4 buts à 1, mais l’histoire ne retiendra de cette rencontre que l’exploit d’un homme.

https://twitter.com/FOXSports/status/1129876088736239616
Wondolowski dans la légende

Wondolowski n’était pas forcément destiné à ce record mais San José l’a mis dans les meilleurs conditions pour y parvenir. En effet, la confiance entre la franchise et le joueur est indéfectible et ce depuis de très nombreuses années.

Classement des meilleurs buteurs de l’histoire de la MLS
(Crédit image : MLSsoccer.com)

Tout commence lors de la MLS Supplemental Draft en 2005, lorsque les Earthquakes choisissent Chris Wondolowski en 41ème position. Il vient remplacer un certain Landon Donovan parti pour le LA Galaxy. Cette première année est un apprentissage pour Wondo. Le Californien de naissance joue plus avec la réserve (12 matchs, 8 buts) qu’avec l’équipe première (3 matchs, 0 but).

La pause des Quakes

La fin de la saison 2005 marque un tournant dans l’histoire des Quakes et donc de Wondolowski. La franchise déménage à Houston et change de nom : c’est la naissance du Dynamo. Tous les joueurs y sont donc transférés. Il n’y aura pas d’équipe à San José en 2006. Cette initiative est venue des propriétaires, le groupe AEG (Anschutz Entertainment Group), qui peinaient à trouver un accord pour la construction d’un stade dédié au soccer. La ligue à cependant spécifié que le nom, les titres et les statistiques des Earthquakes de San José n’étaient pas transférés à Houston, qui sera techniquement traité comme une franchise d’expansion. Le club Californien est donc en hiatus.

Wondo reprend la saison 2006 avec le maillot du Dynamo. Il marque son premier but en MLS le 30 août de cette même année. Il ne joue encore que très peu en équipe première (9 matchs, 2 buts) mais en profitera pour rafler son premier titre, la MLS Cup (sans jouer le moindre match en playoffs).

Chris Wondolowski et Kei Kamara, deux des buteurs les plus prolifique de la MLS étaient réuni sous le maillot de Houston
(Crédit photo : Zimbio)

Le renouveau

La saison 2007 marque la renaissance des Earthquakes. Plusieurs investisseurs décident de donner une nouvelle vie au soccer à San José avec pour objectif de briller autant que dans les premières années de l’équipe (2 MLS Cup en 2001 et 2003). De son côté Wondolowski enchaîne avec le Dynamo, sans pour autant jouer beaucoup plus. Il ajoutera néanmoins une deuxième MLS Cup à son armoire à trophée en cette même année.

Ce n’est qu’en 2009 que Chris rentrera à la maison, à San José. Après 58 matchs avec Houston pour seulement 9 buts, on est encore loin du record. Mais sur sa terre natale, Wondo va revivre et enfin lancer sa grande carrière. A force de travail et d’abnégation, le numéro 8 des Quakes devient titulaire indiscutable et enchaîne enfin les matchs et les buts. C’est surtout à partir de 2010 que le redoutable buteur qu’il est va entrer en action. Une saison à 18 buts lui ouvre les portes de la sélection nationale en 2011. Il confirmera en enchainant avec une année à 16 buts.

Wondo termine meilleurs buteur en 2010 et 2012 et meilleur joueur de la ligue en 2012
(Crédit photo : MLSsoccer.com)

Puis 2012, le pic de sa carrière qui coïncide avec la meilleure saison régulière des Quakes des 10 dernières années. 27 buts (Golden Boot 2012) plus un titre de MVP pour Wondolowski et un Supporter’s Shield pour San José. Les playoffs seront hélas décevants, l’équipe Californienne s’arrêtant en demi-finale de conférence.

La joie des Quakes venant de remporter le Supporter’s Shield : trophée récompensant la meilleure équipe en saison régulière
(Crédit photo : San José Earthquakes)

Des stats sans les titres

Wondo continuera d’empiler les buts année après année. Il remporte la Gold Cup avec les USA en 2013 et profitera du passage des Quakes en Champions League 2014 pour donner quelques frissons aux autres équipes du continent. Malgré ses excellentes stats, Chris Wondolowski ne parvient pas à faire gagner son club des débuts. Il reste quand même sur 9 saisons de suite à plus de 10 buts, série en cours.

Les statistiques éloquentes de Wondolowski
(Crédit tableau : Wikipédia / MLS)

Les Quakes se sont enfin dotés d’un magnifique stade spécifique soccer en 2015, ils ont un public formidable qui remplit l’enceinte à chaque match mais les résultats ne sont pas là. Les bleus et noirs ne parviennent plus à rivaliser avec les poids lourds du championnat. Ils enchaînent les saisons quelconques et ne vibrent que par les coups d’éclat de leur éternel buteur.

L’Avaya Stadium et son excellent public attendent désespérément une belle saison des Quakes
(Crédit photo : HOK)

L’année ou jamais pour Wondo ?

Il y a du talent à San José, le club est parfaitement structuré et les finances sont saines. Tout semble réuni pour vaincre et remporter des titres. Avec Wondolowski ils ont même une dose de légende footballistique. Les Quakes sont actuellement 8ème de la conférence Ouest à deux points de la 7ème place, qualificative pours les séries. A 36 ans, Wondo joue peut être sa dernière année au plus haut niveau. Une dernière année pour enfin briller en playoffs et être sacré avec son club de toujours ? L’avenir nous le dira.