Retour de la série « À la recherche du glorieux passé » sur Weeplay. Aujourd’hui, c’est le Munich 1860 qui nous intéresse. Club historique allemand, les Lions ont subi une relégation administrative il y a un an et demi et tentent aujourd’hui de se reconstruire. Quels sont les espoirs du club ? 

Si le club se nomme TSV Munich 1860, il fut en réalité fondé en 1899, le 25 avril plus précisément. Le 1860 provient en effet de la date de création du Turverein von 1860, club omnisport crée en 1860 dont la section football apparaîtra trente neuf ans plus tard. S’ils remportent la coupe d’Allemagne en 1942, l’âge d’or du club se situe dans les années 1960.

Les années 60, l’âge d’or du club

Le TSV Munich 1860 devient professionnnel en 1963. L’année suivante, les munichois remportent la Coupe d’Allemagne contre l’Eintracht Francfort (2-0), ce qui leur permet de prendre part à la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupes la saison suivante. Après un parcours remarquable ponctué par l’élimination du FC Porto, le TSV Munich 1860 passe à rien de réaliser le plus grand exploit de son histoire. En effet, qualifiés en finale, c’est dans un Wembley à guichets fermés que les Allemands s’inclinent face aux londoniens de West Ham United (2-0). La période d’or se poursuite l’année suivante, et Munich écrit en cette année 1966 la plus belle ligne de son histoire. Les hommes de Max Merkel sont champion d’Allemagne, portés par l’attaquant Friedhelm Konietzka, auteur de 26 réalisations en trente quatre rencontres.

Friedhelm Konietzka inscrivant un but pour Munich 1860 (Crédit photo : Spox)

Voyage en eaux troubles

Après une décennie de bons résultats sportifs, le club sombre aux débuts des années 70. Relégué en deuxième division, les lions peinent à retrouver l’élite. Au début des années 80, les problèmes financiers viennent s’ajouter aux problèmes sportifs. Munich est endetté de 3,5 millions de marks (1,8 million d’euros). Dans un premier temps, des mécènes parviennent à sauver le club. Mais, malheureusement, la Fédération allemande de football décide de retirer la licence du club à l’issue de la saison 1982.

C’est en 1994 que les munichois refont surface. Après avoir été promu en 2. Bundesliga en 1993, le club enchaîne une seconde promotion historique en s’imposant lors de l’ultime journée face à Saint Pauli avec qui ils étaient à égalité de points. Le club retrouve ainsi la Bundesliga et entreprend une nouvelle ère stable financièrement et sportivement.

Lors de la saison 1999/2000, les munichois réalisent une excellente saison. En terminant quatrième, les lions retrouvent enfin l’Europe et la Ligue des Champions. Lors de cette même saison, le TSV 1860 est par ailleurs parvenu à s’imposer à deux reprises face au Bayern Munich (2-0 / 1-2), vainqueur du championnat avec cinq défaites.

9/08/2000 : Munich 1860 se déplace à Elland Road pour affronter Leeds lors du troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions. (crédit video : sp1873)

Malheureusement, les rêves européens sont vite anéantis par Leeds. Opposés aux anglais pour le troisième tour préliminaire, les lions s’inclinent 2-1 à Elland Road, suite à une énorme erreur de la défense et un penalty sifflé pour une faute en dehors de la surface. Lors du match retour, les Allemands s’inclinent une nouvelle fois, sur la plus petite des marges.

Retour en deuxième division

En 2004, Munich est de nouveau relégué en 2. Bundesliga. Cette fois-ci, le club stagne. S’il ne parvient pas à se rapprocher des places de promotion, les lions viennent à occuper dangereusement le fond du classement au fil des années. En 2014, le Munich 1860 se sauve lors du barrage de relégation face à Kiel grâce à un but dans le temps additionnel du match retour. Deux ans plus tard, c’est lors de la dernière journée que les lions se maintiennent. Malheureusement, l’année suivante fut celle de trop. Terminant une nouvelle fois barragiste, Munich s’incline contre Regensburg dans un Allianz Arena bondé. Ce match fut marqué par la tension, la honte et la colère des supporters munichois.

La colère des fans munichois éclate alors que la rencontre n’est pas encore terminée (crédit vidéo : knocemdown76)
 

Alors relégué en troisième division, le cauchemar ne s’arrête pas là pour les lions qui ne parviennent pas à obtenir une licence pour évoluer en 3. Liga. Le 2 juin 2017, la DFB (Fédération allemande de football) officialise la nouvelle. Le TSV Munich 1860 est relégué administrativement en quatrième division, la Regionalliga Bayern.

Qui sont les responsables de la chute du club ?

En 2011, alors que Munich 1860 stagne en 2. Bundesliga, un investisseur jordanien du nom de Hasan Ismaik débarque au club afin d’investir dedans. Comme tout investisseur, le Jordanien est prêcheur de bonne parole, affirmant qu’avec lui, les lions retrouveront la Bundesliga en peu de temps.

Hasan Ismaik, un investisseur qui ne livra que peu d’espoir aux Munichois (crédit photo ; Mopo)

Toutefois, l’arrivée d’Ismaik au sein du club a été perçu d’un très mauvais œil par les supporters munichois qui ne lui ont jamais fait confiance. Dès son arrivée, on a pu sentir une rupture entre les dirigeants et les supporters, inquiets pour l’avenir du club. En 2015, alors même que le club possède le troisième plus gros budget de deuxième division, les lions finissent barragiste. Deux ans plus tard, comme nous l’avons précisé, le club est relégué. Si les lions n’ont pas pu évoluer en 3. Liga, c’est parce qu’Hasan Ismaik n’a pas voulu payer la licence du club allemand qui n’en avait alors pas les moyens sans son aide. Le montant pour garder le statut professionnel et sauver le club s’élevait alors à onze millions d’euros.

Suite à son arrivée, l’image si populaire et festive du Munich 1860 fut entravée. Le club perdait peu à peu son identité. La relégation du club est probablement également dû à une gestion déplorable du club. En effet, depuis 2011, le Munich 1860 a connu plus d’une dizaine d’entraîneurs, licenciés les uns après les autres. Aucun n’est parvenu à faire remonter le club, ou tout du moins, à faire frémir les supporters munichois.

En plus de ces multiples changements d’entraîneurs, les lions croulaient sous les dettes qu’Hasan Ismaik refusait d’éponger totalement. La relégation fut le coup de grâce pour le club et l’investisseur s’effaça mystérieusement de Munich pour repartir en Jordanie. Ce dernier garde tout de même à l’heure actuelle une influence sur le club même s’il n’est plus revenu en Allemagne depuis plusieurs saisons, ne faisant rien pour aider le club.

La réaction d’un munichois après la relégation contre Regensburg (crédit photo : SoFoot)

Retour aux sources

Alors que le Munich 1860 était co-propriétaire de l’Allianz Arena avec le Bayern Munich depuis son inauguration en 2006, le contrat prit fin à la suite de la relégation du club. En effet, même si le club affichait une affluence moyenne plutôt correcte (42 000 supporters en moyenne), la perte du statut professionnel fut fatale.

Le TSV Munich 1860 ne rejouera plus à l’Allianz Arena (crédit tweet : @fcBayernEN)

C’est donc dans son stade historique, quitté onze ans plus tôt, que Munich 1860 évolue depuis sa relégation. Même s’il ne compte que 21 000 places, les supporters sont heureux de ce retour aux sources. C’est ainsi le début d’une nouvelle ère pour le club. L’enceinte est à guichet fermés à chaque rencontre. Pour les déplacement, les munichois sont parfois plusieurs milliers à traverser l’Allemagne pour soutenir leur équipe. L’âme et l’identité du club sont peu à peu retrouvées.

Le nombre de supporters munichois à l’extérieur représente la douzième meilleur en Allemagne, alors que le club évolue en 3. Liga (crédit tweet : @fr_munich1860)

Une révolution basée sur la jeunesse ?

Si le Munich 1860 a vu de nombreuses légendes du ballon rond porter ses couleurs (Abedi Pelé, Davor Suker, Rudi Voller, Thomas Habler), il n’en est pas moins un très bon club formateur. Par exemple, l’académie des lions ont révélé les frères (Lars et Sven) Bender, le germano-américain Fabian Johnson ou encore l’attaquant d’Hoffenheim Kevin Volland.

Les munichois possèdent la deuxième meilleur académie d’Allemagne et figure dans le Top 20 européen. L’équipe actuelle compte encore bon nombre de joueurs prometteurs tel que le capitaine Félix Weber, qui aura connu la relégation en quatrième division et la promotion en 3. Liga la saison passée. Au club depuis ses huit ans, il resta fidèle au TSV Munich 1860 malgré des offres d’équipes de Bundesliga. Mise à part lui, le gardien Marco Hiller semble également être un nom à cocher pour le futur.

Cette saison, le club a fait son retour en 3. Liga et espère poursuivre sa remontée pour retrouver sa place en 2. Bundesliga le plus rapidement possible. Le club est reparti sur de nouvelles bases plus stables et saines. Les lions peuvent aussi compter sur leur entraîneur, Daniel Bierofka, véritable amoureux du club. Avant de l’entraîner depuis 2017 avec qui il connu la relégation, il y évolua en tant que joueur (2000 – 2002 et 2007 – 2014). En 2019, Munich 1860 va construire un centre sportif et tenter d’officialiser la rénovation du Grunwalder Stadion.

L’ambiance lors du derby entre Munich 1860 et la réserve du Bayern Munich la saison passée. (crédit vidéo : PI Alpha).


“Je pense vraiment que le club est reparti sur de nouvelles bases après la descente avec qui plus est un entraîneur qui aime son club plus que tout, Daniel Bierofka. Ismaik est toujours là sans vraiment être là puisqu’il n’est pas sur Munich mais au Moyen-Orient. La D2 est un objectif et on aimerait y être dans deux ans maximum. Mais attention à ne pas brûler les étapes justement. On a vécu trop de déceptions pour ne pas être assez prudent. Cette saison déjà on nous voyaient haut, pour l’instant on est dans le ventre mou plus proche de la zone rouge. Globalement je suis confiant pour la suite mais ça prendra la temps qu’il faut car on sait très bien que dans ce club rien n’est jamais acquis.”

@fr_munich1860 à propos de l’avenir du Munich 1860.

Actuellement, le club est à la neuvième place (sur 20) en 3. Liga mais ne possède que cinq longueurs d’avance sur le premier relégable pour onze de retard sur le barragiste pour la montée en 2. Bundesliga. La route est encore pour les munichois, mais un club historique ne meurt jamais. Les lions finiront par retrouver leur place.


Thread concernant les affluences munichoises cette saison, au Grunwalder Stadion comme à l’exterieur (crédit tweet : @fr_munich1860)

Merci à @fr_munich1860 pour sa collaboration et ses informations précises qui ont aidé à la réalisation de ce dossier.