Champion du Monde avec l’Equipe de France U20 en 2013, l’attaquant né et formé à Nice va découvrir – à seulement 25 ans – l’USL (deuxième division américaine) avec Oklahoma City Energy FC, après divers expériences depuis son départ de l’OGC Nice. En attendant son visa et avant de partir vivre SON rêve américain, Alexy Bosetti a eu l’amitié de s’entretenir avec nous pour nous raconter son aventure aux Etats-Unis, et ce qu’il en attend…

Passé par Tours FC et Stade Lavallois en France avec un détour à Sarpsborg 08 en Norvège, Alexy Bosetti va (enfin) vivre son rêve américain après quelques années d’attente !

– Pour commencer, comment s’est déroulé ton transfert aux États-Unis ? Comment tu as été mis en contact avec Oklahoma

« Franchement bien, ça s’est bien passé ! Cela fait deux mois qu’on discute avec eux. J’ai été mis en contact par l’intermédiaire de Jérôme Meary comme j’étais en contact avec lui depuis New-York et il s’occupe beaucoup de ça donc on a discuté début novembre et voilà ça c’est fini sur Oklahoma ».

Alexy Bosetti quitte enfin l’Europe pour les USA et le fait savoir fièrement sur Twitter !
(Crédit Twitter : @AlexyBosetti)

– Tu avais fais un essai à New-York Red Bulls auparavant ?

« Oui, je m’y étais entraîné une semaine (en 2017) mais le club voulait me signer que 6 mois et ma femme était enceinte. Donc c’était pas facile de partir comme ça 6 mois… »

– Du coup niveau infrastructure, New-York c’est comment ?

« Le centre d’entraînement c’est abusé… Franchement, c’est costaud Red Bull. J’étais déjà allé à Salzbourg en Coupe d’Europe c’était pas mal ! »

Dès l’académie, New-York Red Bulls organise des stages d’entraînement comme chez les pro !
(Crédit photo : redbullsacademy.com)

– Bon, et cet amour pour le football aux USA, le “soccer” comme ils appellent là-bas, il te vient d’où ?

« Déjà je vais souvent en vacances là-bas et je ‘kiff’ la vie aux Etats-Unis, le sport tout ce qui a autour. Je pense qu’on va bien s’amuser ! Il y a beaucoup de choses à faire là-bas, le pays est en constante évolution. Sportivement, tu peux évoluer beaucoup plus vite et avoir des opportunités qu’ici en France tu n’auras pas. Et c’est toujours plus intéressant de jouer dans une grande ville et surtout des gros stades comme Atlanta plutôt que dans une petite ville de France en Ligue 2… La motivation n’est pas la même ! »

– Tu as discuté avec les coachs avant ton arrivée ? Tu connais les ambitions du club ?

Grande première pour Bosetti sous ses nouvelles couleurs face à Phœnix Rising en amical (victoire 0-2) (Crédit photo : @AlexyBosetti)

« Ils ont pas mal recruté. Je crois qu’ils veulent aller en Playoffs cette année et moi je viens pour gagner, donc j’espère qu’on aura l’effectif pour. Je viens pour apporter quelque chose et pourquoi pas gagner le championnat. Après il y a beaucoup d’équipes comme Nashville SC qui va entrer en MLS l’année prochaine même si ils sont de l’autre côté (Conférence Est) ».

« Jérôme Meary c’est le Boss ! »

Alexy Bosetti lors de l’interview

– Et à titre personnel, l’USL devenant de plus en plus un tremplin pour la MLS, c’est ton objectif à terme ?

« Ouais j’espère faire une bonne saison et pourquoi pas la MLS après ! Montréal c’est top, ça parle français avec une bonne communauté. Je me prend pas la tête, je vais déjà faire une bonne saison avec Oklahoma. J’ai un contrat de deux ans et je vais déjà bien m’adapter à la vie là-bas et après on verra ».

– Du coup quel regard tu portes sur la MLS ? Tu suivais un peu de France ?

« Bien sûr, je suis, je regarde ! J’aime bien Atlanta United, leur stade est énorme. Après j’aimais bien regarder en général. Maintenant la Ligue 1, je la regarderais à 13 heures et la finale de la Champions League ça sera à 15h (rires) ! »

Le Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta United lors de la MLS Cup 2018 ! (Crédit photo : MLS Soccer)

– Et c’est quel club qui était intéressé par tes services outre-Atlantique ?

« Ce n’est pas un club, c’est Jérôme (Meary) qui m’avait dit qu’en MLS, ils étaient intéressés pour me transférer. Mais Nice a bloqué dès le début donc on n’est pas allé plus loin. Je trouvais ça dommage mais bon j’étais quand même à Nice en Ligue 1… »

– Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour cette saison 2019 et ta nouvelle vie aux USA ?

« De marquer des buts et finir en MLS, ça serait le top que tout se passe bien et finir là-bas. Si j’arrive à faire cinq, six ans en MLS derrière ça serait top ! C’est un championnat qui fait qu’évoluer donc ça ira de mieux en mieux ! Je voulais y aller déjà avant mais l’OGC Nice ne voulait pas me laisser partir. Aux Etats-Unis, ils voulaient un transfert mais moi ici ils voulaient pas me laisser partir… »

– Bon et alors la prochaine interview tu nous la fait en anglais du coup ?

« (rires) Ouais j’espère franchement j’espère ! On la fera après mon transfert en MLS hein ! Avec l’accent texan vous allez voir… »