Avec leurs couloirs étroits, leurs tribunes très proches de la ligne de touche, l’ambiance chaleureuse qui y règne, les stades anglais sont reconnaissables entre tous. Vieux comme le temps, ils symbolisent à eux seuls la beauté et la passion du ballon rond.

La singularité de ces enceintes, à la fois uniques et identiques, on la doit presque à un seul homme. Architecte de génie, il aura entre autres dessiné les plans de Stamford Bridge, Old Trafford ou encore Anfield. Décédé en 1939, son empreinte se fait toujours sentir dans les quatre coins de la Premier League. Cet homme, c’est Archibald Leitch.

“Flower of Scotland”

Archibald Leitch voit le jour le 27 avril 1865 à Glasgow. S’il montre rapidement une réelle passion pour les Glasgow Rangers, il fait ses premiers travaux d’architecte loin des terrains de football.

Archibald Leitch, un dessinateur de génie (crédits photo : wikipedia)

D’abord concepteur d’usines à thé au Sri Lanka, il va ensuite construire des usines près de Glasgow. Montant en grade dans les années 1890, il intègre la prestigieuse Institution des ingénieurs et des constructeurs de navires d’Ecosse en 1896.

C’est à la fin des années 1890 que Leitch se tourne enfin vers la construction de stade. Il commence par édifier la tribune John Street de Bramall Lane, stade de Sheffield United. La première grande enceinte qu’il doit mettre sur pied est l’Ibrox Park, futur antre des Glasgow Rangers.

Le stade d’Ibrox Park dans les années 1910 (crédits photo : Stadium guide)

L’architecte voit les choses en grand et confectionne un stade de 75 000 places. Titanesque, l’enceinte est dans l’ensemble constituée de tribunes en bois soutenues par une armature en fer.

Ibrox, 1902

Le stade d’Ibrox devient une véritable référence en Ecosse et accueille les matchs de la sélection nationale. Le 5 avril 1902, l’Ecosse affronte l’Angleterre dans le stade, mais des bruits commencent à courir par l’intermédiaire de quelques journalistes au sujet de la stabilité plus que douteuse des tribunes, les fortes pluies survenues la veille ne faisant que renforcer l’inquiétude. En mars 1902, pourtant, l’arpenteur du bourg de Govan avait inspecté les lieux sans y trouver à redire.

Journalistes 1, arpenteur 0 : à la 52ème minute de la rencontre, le haut de la tribune ouest s’effondre. Les supporters tombent d’une hauteur de 12 mètres et 25 trouvent la mort.

Un désastre sans pareil à ce moment-là (crédits photo : wikipedia)

Archibald Leitch est au coeur de la tourmente, sa réputation se voit sérieusement endommagée car il n’a pas construit la terrasse ouest conformément aux normes. Présent lors de la catastrophe, il parvient néanmoins à convaincre les Rangers de l’embaucher pour construire le stand de remplacement.

Il invente une forme inédite de renforcement des terrasses pour le stade qu’il brevette par la suite : le terrassement est formé sur un sol très robuste, un talus afin de rendre les tribunes plus solides. Ironiquement, c’est à la suite de ce drame que la légende Archibald Leitch naît.

Des nouveaux stades en veux tu en voilà

Entre 1899 et 1939, Leitch va être appelé pour la construction (ou rénovation) d’une vingtaine de stades dans le Royaume-Uni. Ayant gagné du prestige avec son brevet, il devient une véritable figure que les stades s’arrachent.

L’architecte rénove totalement Anfield en 1906. Le stade, qui n’avait pas beaucoup changé depuis que Liverpool FC en était devenu propriétaire, devient enfin le symbole du club. Père du fameux Spion Kop, Leitch érige le monumental stand principal du stade et apporte un raffinement unique au terrain.

Leitch est également à l’origine des ambiances familiales du stade de Fulham, Craven Cottage mais aussi du Ayresome Park de Middlesborough. Il érige des structures monumentales avec Molineux pour Wolverhampton ou le Selhurst Park de Crystal Palace.

Craven Cottage, reconnaissable entre 1000 (crédits photo : KCW Today)

Leitch confectionne des stades qui obéissent presque tous à la même structure avec quatre tribunes distinctes et des tribunes ouest/est très hautes, voire plus hautes que les tribunes nord/sud.

A Crystal Palace, le Holmesdale Stand se montre très imposant (crédits vidéo : YouTube, CFTV Stadiums)

Enfin, il contribue à l’édification de véritables stades de légende avec Old Trafford, Stamford Bridge, Goodison Park, réussissant le pari de les rendre imposants en dépit de leur capacité limitée.

Un patrimoine en voie d’extinction ?

Le côté familier propre au football anglais, l’ambiance chaude de chez chaude des kops, l’architecture unique d’un Craven Cottage ou d’un Tynecastle Stadium (stade d’Edimburg), voilà entre autres ce qu’Archibald Leitch a apporté aux championnats britanniques.

Mais voilà… le temps passe et le besoin de profit des clubs, la vétusté de ces stades centenaires font que les oeuvres de Leitch, celles auxquelles il a contribué de près ou de loin, se voient remplacer, voire détruire. Les projets de nouveaux stades abondent ces derniers temps, en dépit du caractère singulier des enceintes anglaises ?

Highbury, l’ancien stade d’Arsenal, le White Hart Lane de Tottenham, le Park Avenue de Bradford se sont vu détruire. Le Old Den de Millwall a laissé place au New Den en 1993, le Leeds Road d’Huddersfield a fermé ses portes en 1995, le Ayresome Park a été remplacé par le Riverside Stadium en 1995. A côté, Everton songe à quitter Goodison Park d’ici les années 2020.

En y regardant de plus près, les stades ont été totalement remodelés depuis le passage de Leitch : le Old Trafford d’aujourd’hui est loin de ressembler à celui des années 1910. Les normes de Leitch semblent être d’un autre temps : en 1985, 56 personnes ont trouvé la mort dans l’incendie d’une tribune en bois du Valley Parade de Bradford City.

Cigarette et bois ne font pas bon ménage… (crédits photo : La Grinta)

Mais à côté de ça, la majorité des créations d’Archibald Leitch perdurent dans le temps à la manière du Home Park de Plymouth qui semble ne pas avoir bougé d’un cil. L’architecte écossais est ainsi parvenu à rendre ces stades symboliques et indissociables des clubs. Est-il imaginable de voir Liverpool ou Everton sans Anfield ou Goodison Park ?

Le Home Park de Plymouth, le temps suspendu (crédits photo : pafc)

Au final, Archibald Leitch a marqué son empreinte à jamais dans le football anglais pour lui avoir donné son côté familial et chaleureux, pour avoir créé l’idée de stade à l’anglaise par l’intermédiaire de la diversité de ses travaux. Si ses enceintes se voient logiquement remplacer au fil du temps, il restera à jamais l’un des piliers du football anglais.