En prévision du quart de finale retour face à Manchester United demain soir, Ernesto Valverde a aligné un onze assez original face à Huesca ce samedi. Une occasion rêvée pour les plus jeunes de se faire remarquer.

1. C’est le nombre de joueurs qui étaient titulaires à Manchester mercredi soir et qui l’ont également été ce samedi. Le seul rescapé de cet énorme turnover : Ter Stegen. De l’autre côté, de nombreux cadres, comme Messi, Suárez, Piqué, Busquets ou encore Rakitić n’ont même pas fait le déplacement. Mais en faisant souffler ses joueurs, le Barça n’a ramené qu’un seul petit point sur la pelouse du dernier de Liga (0-0).

Une mauvaise opération du point de vue comptable, mais une bien bonne nouvelle pour les années à venir. En effet, certains jeunes sont parvenus à sortir leur épingle du jeu et à briller dans une rencontre qui, sur le papier, n’avait pas trop d’intérêt. Parmi eux, Moussa Wagué a su saisir sa chance, et a clairement dû marquer des points au sein du club catalan. 

Moussa Wagué et Riqui Puig, tous les deux joueurs de l’équipe réserve, ont montré de très belles choses face à Huesca (crédit photo : senego.com)

Des premiers pas réussis

 « Je ne regrette pas mes choix. Il a fait un bon match. C’était un défi difficile et je crois que cela s’est bien passé. On voit qu’il a confiance en lui quand il attaque, c’est bien »

Ernesto Valverde en conférence de presse à l’issue du match samedi après-midi.

Tels sont les mots utilisés par le coach du Barça pour décrire le match de Moussa Wagué samedi face à Huesca. Des paroles élogieuses qui montrent toute la qualité de la prestation fournie par le jeune joueur de la réserve. Pour son premier match avec les A, Wagué était positionné comme piston droit (plus haut que son poste habituel) devant une défense à trois. Il a disputé l’intégralité de la rencontre, durant laquelle il s’est montré solide défensivement et très tranchant lors des phases offensives, en se montrant très souvent dangereux lors de ses prises de balle dans le camp adverse. 

Une animation offensive qui a dû beaucoup plaire aux supporters catalans, et qui leur a très certainement rappelé l’époque dorée où le couloir droit, animé par un certain Dani Alves, était constamment source de danger pour l’adversaire.

Le match de samedi face à Huesca sera-t-il le premier d’une longue série pour Moussa Wagué au Barça ? (Crédit Youtube : nasir b)

Un parcours original

De nationalité sénégalaise, Moussa Wagué a effectué l’intégralité de sa formation au pays, mais pas dans n’importe quelle institution. En effet, ce dernier a fait ses classes au sein de l’Académie Aspire, une organisation qatarienne très influente, qui loue une partie des installations de Diambars, un des meilleurs centres de formation d’Afrique. Si cette académie ne vous dit rien, il y a fort à parier que vous allez davantage entendre parler dans les années à venir, puisqu’elle est chargée de développer le football au Qatar et de former la sélection qatarienne, en prévision du Mondial 2022, qui aura justement lieu dans ce pays.

Pour en revenir à Moussa Wagué, il a intégré cette académie et 2011, et ses qualités offensives et sa vitesse ont très rapidement fait de lui un des joueurs les plus prometteurs du club. De très bonnes performances qui lui ouvriront, en 2015, les portes de la sélection des moins de 20 ans. Quelques mois plus tard, il deviendra même vice-champion d’Afrique avec Aspire, de quoi lui construire une notoriété au pays, et faire grimper sa cote. 

C’est pourquoi à l’été 2016, l’académie le juge apte à quitter la structure et l’envoie tenter sa chance sur le vieux continent. Mais encore une fois, pas n’importe où : au KAS Eupen. Un club de première division belge, entrainé depuis novembre 2017 par Claude Makélélé, qui appartient à Aspire.

En Belgique, Wagué va enchainer les bonnes prestations, mais le véritable élément déclencheur de son arrivée au FC Barcelone est ailleurs. 

Le Mondial a tout changé

International sénégalais depuis mars 2017, Moussa Wagué a pris part, à seulement 19 ans, à la Coupe du Monde 2018 avec son pays. Un Mondial dans lequel le natif de Bignona n’était pas venu pour faire de la figuration. Installé comme titulaire sur le flanc droit lors des deux premiers matchs (face à la Pologne et le Japon), Wagué se montre intenable sur son couloir et toujours plus intéressant offensivement. De belles performances qu’il conclura même par un but face au Japon (2-2), devenant ainsi le plus jeune buteur africain dans l’histoire des phases finales de Coupe du Monde. 

Le but de Moussa Wagué qui a donné l’avantage au Sénégal face au Japon dans la deuxième journée du groupe H. (crédit Youtube : FIFATV)

Mais le Sénégal sera quelques jours plus tard éliminé sur le fil, en raison d’un trop grand nombre d’avertissements reçus qui leur sera fatal. Une élimination déchirante pour la sélection sénégalaise et son jeune joueur, mais qui sera, quelques jours plus tard, quelque peu réconforté en apprenant l’intérêt qu’il suscite en Catalogne.

Été 2018, changement de dimension

3 août 2018. Le FC Barcelone annonce sur son compte Twitter la signature du jeune Moussa Wagué, pour cinq millions d’euros en provenance du KAS Eupen. Il est prévu que le joueur rejoigne tout d’abord l’équipe réserve, mais le club catalan a pris la mesure du potentiel du joueur et ne prend pas de risque (jurisprudence Neymar), en fixant le montant de sa clause libératoire à 100 millions d’euros. 

https://twitter.com/fcbarcelona_fra/status/1025438154369769472
Le communiqué du FC Barcelone qui annonce l’arrivée de Moussa Wagué. Un contrat sur cinq saisons, cinq millions d’indemnités de transfert et des bonus pouvant aller jusqu’à 6 millions d’euros. (crédit twitter : @fcbarcelone_fra)

Première convocation avec les A en janvier face à Levante, participation à l’ensemble des entrainements de l’équipe première depuis le début de l’année : en seulement quelques mois, le jeune sénégalais a complètement changé de statut et vit un rêve éveillé en Europe. Mais une affaire, encore et toujours monnaie courante dans le monde du football, va venir le ramener à la réalité. 

Au cœur d’une autre polémique raciste

Le 20 janvier dernier, le Barça B se déplaçait sur la pelouse du SD Ejea. Dans cette rencontre, les jeunes blaugranas s’inclinent sur la plus petite des marges, mais le véritable problème est ailleurs. À dix minutes du coup de sifflet final, Moussa Wagué est exclu pour avoir perdu ses nerfs et agressé physiquement un supporter adverse, qui proférait depuis le début de la rencontre des chants racistes à son égard. Pour cet « écart » de comportement, le numéro 40 du Barça B prendra quatre matchs de suspension, mais le FC Barcelone ne condamne en rien la réaction de son joueur, et fera appel auprès de la Ligue en insistant sur le caractère inacceptable des propos dont il a été la cible. 

Le racisme dans le football, un fléau toujours tristement présent (crédit photo : le point.fr)

Mais au-delà de cette affaire, le Barça croit et mise beaucoup sur son joueur, qui pourrait bel et bien répondre à une demande au sein de l’équipe première. 

Une place à prendre en équipe première

Car oui, le départ de Dani Alves en juin 2016 a laissé des traces au Barça. Même si Sergi Roberto est parvenu, pendant quelques mois, à faire le boulot à ce poste (qui n’est pas le sien, lui étant un milieu de formation), le temps a montré que le club catalan ne compte pas dans ses rangs de digne successeur au virevoltant latéral brésilien. Au club entre 2008 et 2016, ce dernier a fait la pluie et le beau temps sur son couloir droit, et s’est imposé comme un des meilleurs latéraux de l’histoire. Remplacer une telle icône n’est donc pas une mince affaire. 

La direction pensait d’ailleurs avoir trouvé chaussure à son pied à l’été 2017, en recrutant le latéral du Benfica Lisbonne Nélson Semedo. Mais un an et demi après son arrivée, l’international portugais de 25 ans n’est toujours pas parvenu à s’imposer comme titulaire indiscutable, et reste en concurrence permanente avec Sergi Roberto, qui n’est désormais plus un intérimaire à ce poste.

Wagué et Semedo ont des profils assez similaires : rapide, puissant, à l’aise balle au pied. Mais il y a un élément qui les différencie, un point qui est reproché au portugais et adoré chez le sénégalais : la qualité de contre-attaquant et l’animation offensive. Il est reproché à Semedo de ne pas apporter suffisamment offensivement, malgré ses qualités défensives irréfutables. Une chose que Wagué apporte sans problème lors de ses matchs avec l’équipe réserve. 

Lionel Messi et Moussa Wagué, bientôt grands complices sur le couloir droit du Barça ? (crédit photo : wiwsport.com)

Moussa Wagué dispose donc de toutes les qualités pour s’imposer au Barça et assurer dignement la succession tant espérée de Dani Alves. Et son premier match avec l’équipe première est venu confirmer tout le bien dont on pense de lui à Barcelone. Affaire à suivre dans les prochains mois, mais ce qui est sûr c’est qu’il a clairement une carte à jouer. Alors va-t-il de nouveau saisir sa chance ?